Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

SITE
comgraph.hear.fr

Au sein de l'option, l'atelier Communication graphique vise la formation de personnalités singulières et responsables dans le domaine du graphisme pris au sens large du terme. Il mène aux différentes professions des disciplines liées au graphisme contemporain et encourage à ce titre la pratique de la photographie,
de la vidéo et des univers multimédias.
Les différents enseignements permettent à l'étudiant de se situer progressivement, suivant ses désirs et ses aptitudes, par rapport aux métiers, sans cesse en évolution, auxquels il sera confronté à la sortie de l'école. L'enseignement envisage ainsi tout le spectre des postures qui vont de celle d'auteur à celle de passeur. Comme « auteur », ce sont ses capacités d'expression et ses facultés à répondre de manière innovante à ses commanditaires. Comme « passeur », ce sont ses qualités d'investigation, d'analyse des domaines traités et de médiation qui seront mises en oeuvre.
Si le graphisme est bien revendiqué comme discipline des arts appliqués, une pratique expérimentale et créative est également encouragée ; le lieu pédagogique est aussi laboratoire grand ouvert sur la société contemporaine et conscient de ses enjeux sociaux culturels politiques et artistiques. Pleinement intégré à une école d'art, il est ouvert sur les autres ateliers
de l‘école et aux pratiques transversales.

L'atelier propose à l'étudiant, au travers de son projet pédagogique, de développer une démarche de recherches, une aptitude à l'analyse des questions posées et de leurs contextes tout en maintenant une attitude critique et engagée. La question de la place du signe, de son statut, de la nature de ses supports (imprimés, numériques ou hybrides…) et de sa prégnance y occupent une place singulière.

Année 3

Cette année, constituée d'étudiants issus de l'année 2 de Communication de l'école comme d'étudiants issus d'autres formations, est la dernière de la « phase Programme ». Elle pose les bases de la communication graphique sous forme de cours théoriques et pratiques, voire techniques ; elle est commune à tous les étudiants et propose des thématiques de travail dans des échéances régulières (hebdomadaires ou par quinzaines) afin de découvrir les protocoles d'élaboration (de l'idée à sa mise en forme la plus juste possible) les enjeux, méthodes et contextes des champs du graphisme ; les travaux y sont estimés et commentés de manière collective afin de travailler les énoncés qui concernent le monde du graphisme et d'exercer
le regard critique de chacun.

En fin d'année 3 les étudiants présentent un DNAP mention « Graphisme ».L'obtention du DNAP est indispensable pour l'admission en année 4, mais ne la garantit pas ; cette admission dépend de l'avis d'une commission qui se réunira début juin indépendamment des bilans semestriels, afin d'évaluer le dossier et le projet d'études de chaque étudiant. Le dossier devra montrer et définir ce qui fait lien pour l'étudiant en la diversité des expérimentations de la phase Programme et montrer également la cohérence entre pratique et théorie et indiquer les souhaits de mobilité et de stages appropriés.

Chaque étudiant admis en année 4 est tenu d'effectuer un stage entre l'année 3 et l'année 4 ; un rapport écrit et illustré décrivant de façon critique la structure d'accueil, les travaux réalisés est demandé en début d'année 4 ; l'étudiant témoigne de son expérience sous la forme d'un exposé oral à l'ensemble des étudiants de son année, partageant ainsi la réalité professionnelle rencontrée.

Année 4

C'est la première des deux années de la « phase Projet », équivalente à un Master 1, et débouchant sur le DNSEP, diplôme de grade européen Master. Elle est celle du développement d'une réflexion et d'une pratique de conception et de réalisations aussi bien dans les champs de l'édition imprimée que dans ceux du numérique pour des sujets aux données complexes. Il s'agit également de savoir analyser convenablement les demandes (maîtriser l'énoncé de ses sujets par l'écrit) et d'aller rechercher des sources documentaires conséquentes. Il est aussi nécessaire de s'approprier les thèmes et de conserver l'exigence du sens des propositions quant aux composantes visuelles mises en oeuvre, tout en y apportant des réponses pertinentes et originales. Savoir maîtriser le design graphique dans des systèmes complexes quand il s'agit de s'inscrire dans l'espace public (de façon pérenne ou temporaire) ou lorsqu'il devient interactif et implique le lecteur de manière active. Les sujets abordés avec des cahiers des charges professionnels sont également envisagés dans leurs aspects économiques (et si nécessaire juridiques, notamment la propriété intellectuelle). Les projets sont réalisables ou réalisés à l'échelle 1.

Certains sujets ou thèmes sont menés en binômes ou en trios, voire en groupes plus larges, y compris avec des étudiants d'autres options de la HEAR, afin de stimuler les échanges, d'aiguiser l'esprit critique et de partager des approches techniques du projet abordé, mais aussi de familiariser les étudiants avec le travail en équipe. Cette année est également celle qui privilégie les échanges internationaux surtout dans le cadre du programme Erasmus.

Au semestre 8 l'étudiant est invité à développer un projet de manière autonome qui peut éventuellement être poursuivi l'année suivante en vue du diplôme, l'un des buts étant de mieux maîtriser les éléments méthodologiques menant à l'élaboration du projet de DNSEP.
Le travail de recherche et de rédaction lié au mémoire de diplôme débute dès le semestre 7 de cette année 4 ; le plan, accompagné d'une bibliographie et de références, ainsi que l'introduction devront être rendus à la fin de ce semestre ; une partie sera rédigée pour le mois de mars de l'année 4 (semestre 8). Soutenances blanches : début décembre 2015 (année 5).
Pour cette date l'ensemble du mémoire (non mis en page) est écrit ; il est remis au tuteur pour une lecture de l'ensemble qui le retourne afin que l'étudiant effectue les corrections nécessaires. Avant fin janvier 2016 : le mémoire est à finaliser avec sa mise en page.
Envoi des mémoires (reliés) : début février 2016

Chaque étudiant est tenu d'effectuer également un stage entre l'année 4 et l'année 5 avec les mêmes protocoles de rendus que l'année précédente.

Année 5

Cette dernière année sanctionne la fin des études en école d'art pour déboucher sur le monde professionnel. Les étudiants présentent un DNSEP Communication mention Graphisme (homologué au grade européen de Master). Ce diplôme réclame de l'étudiant de s'inscrire dans une culture graphique et générale contemporaine, de mettre en oeuvre un projet utilisant signe et typographie et éventuellement images fixes ou en mouvement. La justesse des propositions est évaluée par un jury de 5 membres (professionnels et enseignant) suivant la grille d'évaluation du DNSEP en fonction des notions telles que l'impact social ou environnemental du travail, ses formes et ses fonctions.

L'étudiant définit lui-même son sujet de diplôme qui peut être de type « vraisemblable » (contexte, publics, diffusion) ou de l'ordre de l'expérimental ; ce sujet est le fruit de recherches et d'expérimentations qui prennent leur place dans un travail de mémoire. Chaque projet doit obligatoirement comporter une partie numérique, vidéo ou animation.

Un workshop, avec les différents enseignants qui interviennent en année 5, d'une durée d'une semaine pour favoriser la mise en oeuvre des projets se tiendra la troisième semaine d'octobre ; elle donnera lieu à une présentation des projets où figureront ces différents éléments : note d'intention, cahier des charges,
références et premières propositions visuelles.

Définition du cadre de présentation

Le projet
Ce sujet interroge sous l'angle de la recherche et de l'expérimentation le design graphique dans son vaste champ d'applications : le design éditorial (presse, édition), la photographie (édition, exposition…), la création de caractères typographiques/signes, le design d'identité visuelle (institutionnel ou culturel), les campagnes de communication (affiches et ensemble de supports adéquats), les systèmes signalétiques, les expographies, les interventions graphiques dans l'espace public.
Chaque projet doit obligatoirement comporter une partie numérique, vidéo ou animation. qui questionne la problématique de l'image-mouvement, l'image-temps et du son en rapport à l'image : qu'elle soit une succession d'images fixes, ou flux d'images
(vidéo), sur écran ou vidéo projetée, avec ou sans prise en compte d'un espace. Cette partie du projet questionne le spectateur soit dans une lecture interactive, soit dans une lecture passive où l'auteur garde la maîtrise du déroulement de son sujet ; elle peut prendre les formes suivantes : projets multimédias, films en animation graphique ou documentaire (les médiums pouvant se mixer). Ce projet fera l'objet de diplômes blancs avec un jury d'invités et d'enseignants en mars 2015 ; la date précise est annoncée à la rentrée d'octobre.

Le dossier de travaux
Il est constitué de travaux réalisés les années précédentes ainsi que ceux qui ont été réalisés lors de stages ou en réponse à des demandes extérieures ou à des concours. Ce dossier aide les membres du jury à comprendre le travail de l'étudiant
en complétant les sujets de diplôme présentés.

Partenaires

Arte Créative ; Unarte - Universitatea Nationala de Arte Bucarest - National University of Arts Bucharest ; La Cambre - Ecole Nationale Supérieure des Arts Visuels ; Bibliothèque du MAMCS ; CNAP (Centre national des arts plastiques) / Graphisme en France ; Hochschule für Künste Bremen ; Kunsthochschule Kassel ; Staatliche Hochschule für Gestaltung Karlsruhe ; École nationale supérieure des Beaux-Arts de Lyon.