Au-delà des apparences, U+1F62C

Ce film met en images les recherches du Docteur François Sellal. Ce dernier analyse des portraits du patrimoine artistique du point de vue du neurologue. Il diagnostique à partir des symptômes visibles représentés par l’artiste, la pathologie dont pourrait être atteint le sujet.
Ces personnages au faciès torturés, peints ou sculptés, que l’on peut découvrir dans nos musées, ne sont pas des portraits à charge, grimaçants ou caricaturaux. Si l’on part du postulat que les artistes ont fidèlement saisi la physionomie de leurs modèles, le spécialiste peut identifier des pathologies bien réelles à partir d’indices caractéristiques de chacune d’entre elles.
Ce film décline ainsi plusieurs exemples de pathologies neurologiques représentées dans différentes œuvres d’art. Nous exposons et argumentons chaque terme du diagnostic posé par le Docteur Sellal. Chaque visage est écorché par le dessin afin de visualiser les effets des troubles neurologiques sur les muscles du visage et d’expliquer les conséquences sur la physionomie et l’expression du sujet.

Au sens strict, la sémiotique du visage se rattache d’abord à celle de l’ensemble du corps et relève de la partie de la médecine qui traite des signes et de leur interprétation dans les maladies. Ces signes sont généralement distingués en deux grandes catégories : signes diagnostics et signes pronostics. Dès l’Antiquité, Hippocrate s’est intéressé à la connaissance positive de ces signes et conseillait aux médecins d’examiner non seulement la face en général, mais le front, les oreilles, les yeux, le nez, la bouche, le menton, les tempes et les joues. Suivant son exemple, les médecins ont pris l’habitude d’examiner le faciès de leurs malades et se sont efforcés d’en déduire à quelle affection renvoient les signes qu’ils y découvrent. Mais l’interprétation de l’aspect des différentes zones du visage a aussi donné lieu à toutes sortes de spéculations pseudo-scientifiques comme la métoposcopie et la physiognomonie, ou, plus récemment, la morphopsychologie. C’est pourquoi, plus globalement, on peut parler de sémiologie du visage pour désigner toutes les tentatives visant à juger les dispositions morales, intellectuelles et affectives d’un individu d’après les formes, l’expression, le teint et les mouvements mimiques de son visage.
Ce projet a été réalisé en collaboration avec le Docteur François Sellal, neurologue à Colmar au sein de l’hôpital Louis Pasteur, qui a sélectionné les œuvres que nous avons étudiées, et qui a documenté les pathologies que nous présentons et expliquons.