Enseignants    Enseignants principaux   
Sandra Chamaret
Equipe enseignante

Sandra Chamaret est designer graphique au sein du collectif Grand ensemble, chercheuse et enseignante dans l’atelier de Didactique visuelle de la Haute école des arts du Rhin.

sandra_chamaret

Je co-dirige, avec Julien Gineste, l’atelier de design graphique Grand ensemble depuis 2005. Nous intervenons dans les domaines de l’identité visuelle globale, de la muséographie, de la signalétique et de l’édition. Soucieux des informations que nous mettons en forme et de leur transmission au public, nous nous intéressons particulièrement aux problématiques visuelles de patrimoine (graphique, urbain et architectural), de médiation (artistique, sociale et culturelle), de design d’information et de recherche (historique et scientifique).
Engagée par ailleurs dans la définition et la diffusion de mon métier, j’initie des expositions et publications sur le design graphique. Membre active de l’association des Rencontres de Lure durant 6 ans, j’ai programmé des cycles de conférences sur le design graphique et la typographie à la Galerie Anatome (Paris) et participé de 2013 à 2015 à la conception éditoriale et artistique de la revue annuelle de culture visuelle Après\Avant.

Site Internet de Grand Ensemble

filet_bleu

Années 3 & 4
– Design graphique : repères
Jalonner les étapes décisives du design graphique en établissant le contexte qui a favorisé leur émergence (historique, technique, artistique et social). Aborder en détail quelques réalisations, à travers des média, époques et pays variés. Comprendre la fonctionnalité et le développement des systèmes graphiques à travers la présentation d’identités visuelles, de directions artistiques et de programmes de design pédagogique et/ou informatif. Se forger une culture visuelle qui dépasse les a priori et intègre les notions de courants et d’influences. Acquérir un sens critique et aborder la recherche historique (traduction éventuelle) et sa restitution (iconographie, synthèse).

Année 3
– Textes à vif
Définir et expérimenter les principes élémentaires de manipulation et de composition du texte. Développer une curiosité pour le choix typographique et se forger une culture historique et contemporaine dans ce domaine. Observer les spécificités des caractères et les mettre à profit. Ciseler ou synthétiser un contenu, savoir organiser et hiérarchiser un format. Savourer la subtilité typographique…

Année 4
– Objet botanique
Conception d’objets de médiation scientifique à dominante typographique, dans le contexte du Jardin botanique de Strasbourg. Projection théorique et veille collective autour de la muséographie de collections vivantes : jardins botaniques ou zoologiques, conservatoires de métiers… Ou comment la dimension du temps et du cycle des saisons peut intervenir dans la perception d’un lieu et l’élaboration du matériel de visite. Cours articulé avec un cycle de conférences sur le graphisme d’exposition.

– Observatoire
Synthétiser un propos sous la forme d’une image représentative (tous supports et échelles). À partir d’un sujet d’économie commun : affûter un point de vue critique, récolter des données (chiffres ou texte), analyser ce contenu, l’organiser puis le transcrire graphiquement à l’aide de pictogrammes, cartographies, diagrammes ? S’interroger sur l’origine de ces formes qui fascinent les designers graphiques actuels : les professionnels qui les ont créées sont des géographes, des journalistes, des chercheurs en sciences humaines et sociales. Ces observateurs de la société partent d’un propos pour aboutir une forme-outil qui leur sert à démontrer et expliquer un point de vue sur le monde ; qu’il convient d’apprécier à sa juste valeur politique.
La pratique du design s’insère dans un contexte économique qui évolue considérablement. À partir de la publication « Open models », nous chercherons des interprétations plastiques des modèles économiques du logiciel libre, qui se généralisent dans les milieux de la connaissance.

Années 4 & 5
– Tutorat de mémoire de recherche (DNSEP)
Un accompagnement attentif au propos de l’étudiant, qui stimule la phase de recherche initiale; puis l’ouvre, le structure et l’enrichit. Il sera nécessaire de ciseler son sens critique. Nous appréhenderons la question de la recherche en Didactique visuelle (visual studies) ainsi que ses problématiques de restitution (rédaction, iconographie, synthèse, mise en forme).

Année 5
– Suivi de diplômes (DNSEP)
Accompagnement des étudiants dans leurs projets de diplômes, tant au niveau méthodologique que formel. Avec une attention spécifique portée aux dimensions graphique et/ou typographique.

Pour une définition de la 
« Didactique visuelle »

La didactique visuelle définit pour moi un engagement, une attitude dans le travail : que ce soit à travers la découverte approfondie et la compréhension du contenu qui président à la forme, la modestie formelle parfois ou le respect du public.
Elle nous enjoint à être attentif à l’autre, celui qui dit et celui qui reçoit. Une vigilance qui incite à trouver le ton juste pour transmettre le message, à intervenir parfois sur la définition des contenus et à ne pas être dupe du style. Le designer est observateur critique de la société qui l’entoure.
Ici, le design graphique organise des systèmes autour de règles visuelles ou de processus. Il met en valeur la hiérarchie de lecture, l’enrichissement de la relation texte/image et la construction des informations. Pour cela, il s’appuie sur une rigueur joyeuse, une connaissance de la typographie qui permet de dépasser la sécheresse rassurante.
Qu’il s’agisse de muséographie, de signalétique ou d’édition (analogique ou numérique), nous expérimentons la matérialité des objets, leur manipulation ou leur circulation, leur logique et leur lecture. L’invention des supports (divers matériaux, échelles, manipulations…) et des modes de diffusion est fortement encouragée. Cette attention aux dispositifs est un aspect incontournable de la médiation.