Strasbourg, La Chaufferie

À l’invitation de l’option Art de la HEAR, groupe pédagogique No Name, le journaliste et critique d’art Julien Bécourt signe le commissariat de l’exposition Je ne reviens jamais sur mes pas, aboutissement d’un séminaire doublé d’un workshop. Une libre interprétation de l’ésotérisme s’est conçue autour d’un dialogue entre les travaux des étudiant·es et des pièces d’artistes contemporain·es, dans un jeu de regards croisés intergénérationnel, où vidéos, photographies, dessins, installations et sculptures transfigurent l’espace de la Chaufferie.

Avec 

Mali Arun, Vladimir Besson, Alexandre Caretti & Ludovic Hadjeras, Vincent Epplay, Chiara Fumai, Vidya Gastaldon, Alice Guittard, Laura Gozlan, Hendrik Hegray, Jean-Baptiste Janisset, Jules Maillot, Cynthia Montier, Émilie Pitoiset, Jérôme Poret, Florian & Michael Quistrebert, Ritual Inhabitual, Ben Rivers, Suzanne Treister, Dune Varela

Azadeh Cohen Mercury, Chloé Duplessis de Pouzilhac, Vérane Kauffmann, Juliette Kerviche, Antoine Le Moigne, Émilie Mallard, Jeanne Mathieu, Briac Naux, Phuong-Thao Nguyen, Seunghyun Park, Marie Pecheu, Enzo Pernet, Alexis Puget, Thomas Roubaud, Chiara Schwartz, Francois-Xavier Szumski, Camille Venet, Danuté Vaitekunaite et Yuanxu Wang.

Les artistes invité.e.s, au croisement de plusieurs pratiques, présentent des pièces inédites ou rarement dévoilées, en miroir ou en interaction avec les réalisations des étudiant.e.s. Celles-ci ont été présentées sous forme de work in progress durant le workshop mené par Julien Bécourt, enrichies d’une bibliographie « initiatique » et de deux conférences : l’une de Manuela de Barros, philosophe et auteur de l’essai Magie et Technologie, l’autre de Nadia Barrientos, historienne-alchimiste, lectrice de tarot et spécialiste es-ésotérisme.

Télécharger les biographies des artistes

« Nébuleuse aux innombrables rhizomes et entourée d’un halo de mystère, l’ésotérisme – du grec esôterikós, « de l’intérieur » – est une notion qu’il est difficile de circonscrire puisqu’elle opère en quelque sorte une synthèse de la spiritualité et des sciences. Les grandes doctrines mystiques – de la Kabbale au Soufisme, de la Gnose au Yoga – y sont indissociables de pratiques hermétiques, dites « occultes », qui associent une méthodologie secrète à une philosophie – alchimie, astrologie, numérologie, magie, herboristerie. Sujet à une théâtralité baroque, l’ésotérisme ordonne sa propre mise en scène, sous forme de rituel initiatique où costumes, gestes et postures revêtent un sens caché que l’on se doit de saisir dans une temporalité plus vaste. Souvent décriées ou dévoyées dans l’histoire de la civilisation, les doctrines ésotériques sont aujourd’hui à portée de clic et reviennent en force dans les sociétés occidentales. A travers leur réappropriation par les minorités – « Rêver l’obscur », pour reprendre le titre d’un ouvrage de l’écoféministe néopaïenne Starhawk –, un autre récit se dessine : celui des banni.e.s de l’histoire, en écho à celui des invisibilisé.e.s de la société, systématiquement occultés, ostracisés, genrés ou ethnicisés.Ce sont ces instances que les vingt étudiant·es du groupe No Name ont choisi de prendre à bras le corps et de remettre en perspective, selon des codes esthétiques en rupture avec l’ancien monde.»

Julien Bécourt



Critique d’art, auteur et journaliste, Julien Bécourt
écrit pour des revues aussi diverses que Mouvement, artpress, Trois Couleurs, Switch (on Paper). Il se dirige conjointement vers l’écriture et la réalisation cinématographique. Il vit et travaille à Paris.

Le groupe No Name
place la question de l’enquête au centre de son enseignement. 
No Name participe à l’unité de recherches « Faire Mondes », où s’organisent chaque année des séminaires touchant à des problématiques théoriques arrimées aux préoccupations des étudiant·es : questions de société, de politique et de poétique entre autres. Après avoir travaillé sur « la dette » il y a deux ans puis sur « l’imposture » l’an passé, les étudiant·es de No Name se penchent cette année sur la question de « l’ésotérisme » pour tenter de comprendre ses origines et ses influences. En composant des enquêtes qui soulèvent des problématiques liées à un champ de recherches étendues (mysticisme, magie, invisible, spiritualité et nouvelles technologies…), ils·elles s’attèlent ensemble à spatialiser des réponses plastiques pour cette exposition qui seront mises en relation avec les travaux d’autres artistes par Julien Bécourt accompagné d’Antoine Lejolivet, responsable des expositions à la Hear.
Avec les enseignant·es Cyrille Bret, Alain Della Negra, Lidwine Prolonge et Clotilde Viannay.

La conception graphique de l’affiche de l’exposition a été réalisée par Manon Brunel, Martin Gouriou & Léa Panijel, étudiant·es de l’atelier de communication graphique de la HEAR.

L’exposition a par ailleurs donné lieu à la publication de l’ouvrage « *** » (titre signifiant « trois étoiles ») conçu par le groupe pédagogique No Name avec l’atelier de Communication graphique. Version augmentée de l’exposition plus que catalogue, cette publication propose un éclairage sur une œuvre, la sérialisation d’un objet papier extrait du décor d’un des films projetés, ou la lecture d’un essai, d’une fiction ou d’une poésie abordant des thématiques communes aux pièces présentées. L’édition s’est construite le temps de trois moments réguliers à la HEAR : un séminaire sur l’ésotérisme, un cours sur l’enquête et un autre sur le livre, ce dernier organisé conjointement entre le groupe No Name et l’atelier de design graphique. ISBN 979-10-95050-29-2

 


— Du  vendredi 1er avril au dimanche 8 mai 2022
La Chaufferie, galerie de la HEAR
5 rue de la Manufacture des Tabacs à Strasbourg
+33 (0)3 69 06 37 77
Vendredi, samedi & dimanche de 14h à 18h
Vernissage le jeudi 31/03 à 18h30

www.lachaufferie.hear.fr
Groupe pédagogique Art-No Name
Instagram Julien Bécourt
Voir la galerie de photos © Antoine Lejolivet - HEAR