Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

ENSEIGNANTS
Dominique Auerbacher, Anne Laforet, Lidwine Prolonge et Francisco Ruiz de Infante.

Le groupe Arts Hors-Format est composé d’artistes-professeurs, de théoriciens, d’artistes invités et d’étudiants. Ensemble, ils analysent et construisent des manifestations artistiques qui ne sont pas véritablement immatérielles, mais sont difficilement mesurables en cm ou en kg.

Ce groupe se construit, se déconstruit et se reconstruit chaque année depuis plus de dix ans pour expérimenter des modes de création, de transmission et d’analyse de l’instabilité. Dans les arts Hors format, le temps, l’espace, l’image, le texte, le son, le corps et les rapports à la technologie sont pris comme des matériaux malléables. Les attitudes et les oeuvres Hors-Format sont consciemment actualisées en fonction des environnements techniques, sociaux, économiques, thématiques et/ou physiques, donnés ou construits, afin de les renforcer, de les détourner ou de les combattre. Dans les réalisations Hors-Format, la présence du spectateur est au coeur du projet et va de pair avec la problématisation consciente des circuits de production, de diffusion et de conservation.

Projet pédagogique

Nos formules d’enseignement sont attentives et critiques à l’évolution des techniques anciennes et l’émergence de nouveaux médias. Elles prennent aussi en compte l’évolution de la notion d’auteur (unique, plurielle…) et la relation avec des partenaires scientifiques, techniques ou issus de différents champs artistiques (danse, théâtre, musique, urbanisme, littérature, cinéma…).
Il s’agit de déhiérarchiser le rapport aux catégories artistiques et aux savoirs pour tenter de nouvelles formes de création. Pour rester cohérents et vigilants avec « la contemporanéité », il nous semble indispensable de développer aujourd’hui un programme mouvant de propositions pédagogiques capables d’interroger et de répondre à quelques nécessités spécifiques des arts Hors-Format :

Dans le champ théorique et critique
Développer une conscience historique, sociologique, anthropologique, et un regard critique aiguisé dans un terrain artistique où
la « critique officielle » manque souvent au rendez-vous. Rester très attentif à la rapidité des bouleversements technologiques des temps présents et aux sens que ceci implique. Développer une attitude curieuse et critique à l’égard des nouvelles formes et lieux de sociabilité. Apprendre à réaliser de façon cohérente son propre archivage et le questionner en fonction du contexte de réception.

Dans le champ de l'attitude
Fortifier la notion de « réseau de collaborations » dans un terrain où le travail de l’artiste isolé n’a pas réellement cours.
Être audacieux, nager à contre-courant tout en restant attentif aux autres.

Dans le champ de l'expérience
Renouveler nos pratiques dans une attention particulière portée aux processus, actions et formes issus de minorités et de marges, ainsi qu’aux expressions du quotidien en apparence les plus communes.

Dans le champ de la production
Apprendre à formuler des « projets » du point de vue conceptuel, technique et budgétaire.

Dans le champ de la technologie et de ses applications
Comprendre et apprendre des techniques à des rythmes différents, selon les exigences et les spécificités de chaque projet. Développer l’utilisation, le détournement et/ou l’invention des dispositifs techniques – parfois lourds ou sophistiqués – tout en élaborant une analyse critique pertinente quant aux objectifs.

Dans le champ de la mise à l'épreuve publique et de la contextualisation
Être conscients (dans l’ère de la diffusion via Internet) de pourquoi, quand, comment, où et à qui nous
montrons « l’oeuvre ». Être aussi conscients de la nécessité (ou pas) de disposer d’espaces ou de contextes spécifiques de « monstration », et de la nécessité, parfois, de les construire de toutes pièces. Pour les arts Hors format, la nécessité d’expérimenter la présentation publique des oeuvres est fondamentale car la présence du spectateur est souvent constitutive de l’oeuvre

Dans le champ de la communicabilité des expériences
En raison de l’absence d’objets physiques arrêtés, apprendre à être très précis dans les intentions de façon à pouvoir traduire, documenter et/ou adapter de façon audacieuse des réalisations liées à un contexte souvent éphémère.

Une pédagogie collective

La dynamique de groupe est la clef de la pédagogie HF : elle nourrit les recherches des étudiants et développe l’esprit critique, en associant la théorie à la pratique, l’analyse à l’expérimentation, les débats d’idées aux confrontations d’expériences.
La semaine type HF comporte des temps de rencontre longs, pendant plusieurs heures d’affilées jusqu’à tard dans la nuit. Communs à tous les étudiants inscrits sans distinction de niveau d’études, Ils offrent la possibilité de mettre l’accent sur la personnalité artistique de chacun, tout en permettant l’émergence de multiples modes d’interaction. L’effet de ces temps de dialogues, jamais consensuels, est très stimulante pour le partage des connaissances, la prise de position et la construction d’une autonomie artistique individuelle. Dans le cadre de ces temps forts HF sont également inventés des « dispositifs de collectif », souvent audiovisuels, sonores et/ou performatifs avec présentations publiques ouvertes à toute l’école, des manifestations échelle 1 /1 hors les murs, des programmations d’ordre festivalière… Les étudiants font ainsi l’expérience des réalités professionnelles dans lesquelles sont pris en compte tous les aspects de la création contemporaine (commissariat, commande, cahier des charges, invention de contextes…).

Partenaires

Pôle Sud, scène conventionnée pour la danse et la musique à Strasbourg ; association Autour de la Terre / Centrr des Rives ; Espace Stimultania / Pôle de photographie, Strasbourg ; association Anna Lukianoff ; Espace Multimédia Gantner à Bourogne ; Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg…