Strasbourg, La Chaufferie

À travers de nouvelles œuvres présentées à La Chaufferie, l’artiste Aram Bartholl interroge les frontières entre espace privé et public en jeu dans nos relations quotidiennes aux objets connectés.

Comment nos moyens de communication considérés comme acquis nous influencent-ils ? Il n’est pas seulement question de savoir comment les êtres humains interagissent avec les médias, mais de se demander comment ces médias interagissent avec nous.
Les tensions entre public et privé, online et offline, la soif pour les technologies et la vie de tous les jours, sont autant de thématiques omniprésentes dans l’œuvre d’Aram Bartholl, artiste installé à Berlin. Dans son travail, il crée des interactions entre Internet, culture et réalité en impliquant dans ses installations et interventions publiques des manifestations physiques du monde numérique, remettant en question notre concept de la réalité.
L’« uberisation », les politiques du web, le mouvement DIY et le développement d’Internet jouent également un rôle important dans sa démarche artistique. Son œuvre a été exposée au MoMA de New York, à la Biennale de Venise et dans le cadre du Skulptur Projekte Münster.

Depuis 2010, son projet « Dead Drops » consiste à cimenter dans des murs des clefs USB qui agissent comme des invitations à se connecter afin de prendre ou de déposer des fichiers de toutes sortes. Un système de peer-to-peer discret, un vrai, en chair et en os. En 2017, avec « 5V », Aram Bartholl redéfinissait l’architecture du réseau social dans des lieux dépourvus de connexion sans fil, en rassemblant les spectateurs autour d’un feu de camp le temps de recharger leur smartphone grâce à un thermogénérateur, réinstaurant ainsi le dialogue.
Plus récemment, pour « Your parcel has been delivered (to your neighbour) », l’un de ses derniers projets berlinois, il empruntait dans l’espace public des vélos de location mis à disposition gratuite par la concurrence de plusieurs loueurs souhaitant remporter le marché des utilisateurs, pour les réarranger de façon sculpturale dans l’espace d’exposition. Une manière de dénoncer l’« uberisation » proliférante de notre société.

« While Facebook apologizes to the world from high up on its mountain of data, 1.4 billion user passwords party naked on the Internet. Research has shown that the ‘123456’ is used for 17% of all passwords. There is so much free WiFi in the air to catch you, it is almost impossible to get online. But there is coffee, so you stay for the deep pocket packet inspection of your traffic.

Is this you in the video?
Don’t click the link I sent you!

Like the pigeons’ best friend, CCTV cams squat in every high corner of the city protecting us from the future. Will they fall off or be released from their stoical non-presence? A total of 750 info screens have been removed from the still closed / never opened BER airport in Berlin because the technology is outdated. The screens had been running for six years straight without anybody ever having looked at them.

Yes, I saw this already.

Please place all your bags on the left tray. Mirrored self-checkout in an uberficial life without cueing is on autoplay. 24 likes. Thank you for being our customer today. »
— Aram Bartholl

Voir plus d'images ici
Consulter le flyer de l'exposition


La Chaufferie, galerie de la HEAR
5 rue de la Manufacture des Tabacs — Strasbourg
+33 (0)3 69 06 37 77

Exposition du ven. 6 avril au dim. 6 mai 2018
Vernissage le jeudi 5 avril 2018 à 18h30
La Chaufferie est ouverte les vendredi, samedi et dimanche de 14h à 18h
arambartholl.com