Strasbourg, HEAR, auditorium à 19h

La conférence « La Monochromie et son héritage invisible » est proposé par Denys Riout, professeur d’histoire de l’art contemporain honoraire à Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Plusieurs expositions ont été consacrées à des œuvres invisibles. Parmi les sources de ces réalisations paradoxales, l’artiste américain Robert Barry est souvent mentionné, mais Yves Klein occupe dans cette aventure une place essentielle. Or l’un et l’autre se sont fait connaître en peignant des monochromes, avant de proposer des œuvres qui échappent aux sens, notamment à la vue. Plutôt que de supposer une contradiction entre ces deux voies, nous envisagerons leur choc comme une invitation à des questionnements. Par exemple : quel type d’attention requiert un tableau monochrome, quelles satisfactions proprement esthétiques nous donne-t-il ?

Denys Riout, professeur honoraire d’histoire de l’art contemporain (Paris 1 Panthéon-Sorbonne), a notamment publié : Yves Klein. Manifester l’immatériel (2004) et La Peinture monochrome. Histoire et archéologie d’un genre (2006). Son essai Portes closes et œuvres invisibles paraîtra aux éditions Gallimard en 2019.

Conférence organisée par Anne Bertrand (collège Théories), avec le soutien de Mathieu Boisadan (groupe Peinture(s)).


HEAR, auditorium à 19h
1 rue de l’Académie — Strasbourg