Mulhouse, HEAR à 9h

Une journée d’études organisée par l’option Art, Le Plateau de la HEAR à Mulhouse. Avec Cyrille Bret et Rémi Ucheda.

  • Cyrille Bret, « Les Chair Events de George Brecht, ou comment faire de l’exposition la scène d’un concert pour chaises ? »

L’entrée dans les collections du Musée d’art contemporain de Lyon de 26 Chair Events de George Brecht en 1986, a généré une mésinterprétation de ses enjeux et une expérience de l’œuvre qui concourraient à la rattacher à une tradition de l’assemblage post-ready-made dont l’artiste avait pourtant tenté de se défaire dès 1961, à l’occasion de l’exposition The Art of Assemblage (MoMA).

Cependant, cet ensemble de pièces a opéré dans la collection de Lyon comme un ver dans le fruit de l’ontologie stabilisée de l’œuvre d’art autour des paradigmes de primauté du visuel, de condition objectuelle, d’unité sémio-matérielle, d’unicum, et s’est soldée par un certain nombre de conséquences qui ont contribué à transformer plusieurs paramètres de sa mise en exposition, voire de son approche muséologique.

Parmi ces conséquences, l’une pourrait bien consister à transformer l’espace d’exposition en un cadre d’expérience analogue à l’espace scénique typique des concerts Fluxus lors de son moment d’émergence historique, en y incorporant des dynamiques événementielles, des agencements aléatoires, une structure itérative et des invitations à l’appropriation par les publics.

Cyrille Bret est historien de l’art, il enseigne à la HEAR depuis 2014 et participe à l’unité de recherche FAIRE-MONDES, après avoir été ATER à l’université Lyon 2. Sa démarche historienne est nourrie par l’anthropologie et ses recherches portent principalement sur les formes de rationalité esthétique, les différents modes d’existence des œuvres d’art, et depuis son arrivée dans l’école sur les questions de globalisation artistique. Il est l’auteur d’un essai intitulé Robert Filliou et sa « recherche ». Les enjeux plasticognitifs de la Recherche sur l’origine, Québec, Inter éd., 2010.

  • Rémi Ucheda, « Praticables »

« Mon intervention se construira à partir d’une présentation de mes œuvres performatives et spécifiquement celles réalisées au sein d’expositions mais aussi à partir d’un jeu de questions-réponses avec l’auditoire et avec mes hôtes. L’engagement du corps dans mon travail et la relation du corps avec les matières, avec les objets mais aussi avec le public lors de mes performances interrogent ainsi les frontières entre espace d’exposition, espace public et espace scénique. Le statut des objets qui restent et qui témoignent de l’expérience vécue est également en jeu. »

Rémi Uchéda est diplômé des écoles des beaux-arts de Nîmes puis Montpellier, il a bénéficié de nombreuses bourses, résidences et commandes publiques. Régulièrement invité à participer à des expositions, on a vu son travail dans Attention à la marche (histoire de gestes) à La Galerie de Noisy-le-Sec en 2005, Postures à la Galerie de Villa des Tourelles à Nanterre, ainsi que Saisi Exposition, résidence 2angles à Flers, en 2006, Des constructeurs éclectiques au CRAC de Sète en 2008, Transfrontaliers, Véhicule l’adhérence. Expo. au 19 Centre d’Art Contemporain de Montbéliard en 2010, A Peler au VOG, Centre d’art contemporain de la Ville de Fontaine, Grenoble, en 2012, Deux Pièce Meublées à la Galerie Jean-Collet de Vitry-sur-Seine en 2014, Dégagements / Déplacements au Générateur à Gentilly en 2016, Architextures de paysage #1 au Château d’Oiron, Centre des Monument Nationaux en 2017, à 100m au K R, Galerie Fernand Léger à Ivry-sur-Seine en 2017, Reporte Exposition et performance, au Mètre Carré à Metz en, ainsi qu’une exposition a­meublements au centre d’art Faux mouvement en 2018. Plusieurs expositions personnelles et diverses publications lui ont été consacrées.


HEAR, amphithéâtre à 9h
3 quai des Pêcheurs — Mulhouse