Strasbourg, HEAR, auditorium à 19h

Lauréate du Prix international de peinture «Novembre à Vitry» 2016 avec son œuvre Figures (2016), Mireille Blanc invite au voyage par une plongée au cœur même des images.

« Les images de Mireille Blanc sont de l’ordre du surgissement, d’une sorte de « montée à la vue ». La peinture est son médium. Au premier regard, ses formes semblent abstraites, ou du moins difficilement reconnaissables. Elle restent souvent très mystérieuses. On apprend qu’il s’agit ici de petits animaux en peluche, là d’un gâteau d’anniversaire. D’autres images se révèlent d’elles-mêmes – on est parfois aidé par le titre du tableau – comme les Marches, un escalier vu de haut, tapissé de bois aggloméré, qui apparaît comme tel puis disparaît à nouveau dans la forme d’un éventail. Il y a dans ce va et vient une fragilité évanescente ; et ce regard qui est porté sur le monde est empreint d’une inquiétude profonde. »
Extrait d’un texte d’Anaël Pigeat, ‘Introducing’, Arts press n°404, 2013

« Mireille Blanc force le regard. Ses tableaux ne s’offrent pas d’un coup d’? il, il faut les regarder longtemps, de plus en plus longtemps. Et l’image que l’on croit discerner échappe insensiblement, laissant planer le doute sur des figurations contrariées. Depuis plusieurs années, elle travaille sur le surgissement d’images incertaines, sur leur ambiguïté. »
« Ses tableaux ne sont pas empreints d’ironie, ni vraiment d’humour, pas non plus de tendresse. Les objets y apparaissent de manière diffuse, tout en retrait, dans une délicate et implacable nécessité. »
Extraits d’un texte d’Anaël Pigeat écrit à l’occasion du 56ème Salon de Montrouge, 2011


HEAR, auditorium à 19h
1 rue de l’Académie — Strasbourg