Mulhouse, HEAR, Amphithéâtre à 18h

Codé meurt. L’acte de parler en art est souvent rattaché à l’histoire de la performance, de la littérature contemporaine et au détournement de la conférence.
Peut-on lui imaginer une autre généalogie et d’autres nécessités, une autre urgence aussi?

À partir d’une nouvelle forme en cours « Codé meurt », Olivier Marboeuf examine et anime la figure du conteur créole, personnage sans lieu, qui n’a d’abri que sa parole, figure de la course marronne qui accumule dans son corps récits oubliés et paysages cachés pour les désarchiver dans l’espace de la veillée. Il revient ainsi sur les filiations de sa pratique avec le stand up comme forme de transmission des dépossédés, mais propose aussi de relire l’idée d’écologie à partir de la fondation de la nature dans la modernité coloniale et de la place du récit de ceux qu’on a rejetés de l’humanité. Avec « Codé meurt » il donne à ressentir l’épisode de l’insurrection du sud de la Martinique en 1870, comme moment de consolidation du citoyen français et souligne combien cette figure révolutionnaire absorbe et opacifie durablement à partir de ce moment précis tous les conflits raciaux des territoires colonisés.


Haute école des arts du Rhin – Amphithéâtre à 18h
3 quai des Pêcheurs — Mulhouse
• Entrée libre •