Les éditions 2024 fêtent cette année leur dix ans. La maison d’édition strasbourgeoise, créée par Olivier Bron et Simon Liberman, publie depuis 2010 des livres illustrés et des bandes dessinées.

« Les éditions 2024 voient le jour en deux mille dix par un jour d’insouciance certain » peut-on lire en guise d’introduction à leur présentation. Dix ans plus tard, cette insouciance a permis la publication de près de 50 ouvrages et la réalisation d’une dizaine d’expositions.  Revenons à la naissance de 2024 : Oliver Bron et Simon Liberman, les deux fondateurs de la maison d’édition, se rencontrent à l’école Estienne où ils suivent une MANAA (ndlr: mise à niveau d’arts appliqués). Olivier poursuivra son cursus à la HEAR (alors École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg), tandis que Simon se lance dans un volontariat européen.

Fanzines

Ils se retrouvent à la HEAR en 2006. « Les promotions dans lesquelles Simon et moi sommes tombés, c’est un peu la colonne vertébrale des éditions aujourd’hui. On était très productifs, on éditait plein de fanzines, on avait monté un collectif », raconte Olivier Bron. Après le diplôme, les camarades de promo retournent sur Paris, Nantes. Mais Simon Liberman et Olivier Bron ont pris goût à fabriquer des objets. « Au lieu de relancer une structure de fanzinat, on s’est dit qu’on allait fonder une vraie maison d’édition, c’est comme ça que 2024 est née. On avait cette envie de créer des objets, d’avoir la main sur toute la chaîne de fabrication » poursuit Olivier Bron.

Place à prendre

La maison publie son premier livre en octobre 2010, Les Derniers Dinosaures de Donatien Mary, un ancien de l’école (DNSEP Illustration en 2007) et Didier de Calan, « un projet de diplôme » précise Olivier Bron. « Des livres comme celui-ci ou Jim Curious (ndlr: projet de diplôme de Matthias Picard, diplômé de l’école en 2007, livre paru en 2012), on ne voyait pas quel éditeur aurait pu se lancer dans la publication de ce genre d’ouvrage. Il y avait beaucoup d’éditeurs indé qui publiaient du noir et blanc et à l’autre bout il y avait les éditeurs mainstream, du coup on s’est dit qu’il y avait une place à prendre pour ce genre d’objet éditorial », poursuit Olivier Bron.

Expositions

L’histoire de 2024 prend un autre tournant avec le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême. « On nous a proposé de créer une exposition, dans le cadre de la programmation officielle (ndlr: sous le Pavillon Jeunes Talents®), autour du livre Les Derniers Dinosaures : on a complètement reconstitué l’appartement du narrateur » raconte Olivier Bron, « l’exposition a eu un gros succès, ça a boosté les ventes du livre, nous avons été sollicités par des médiathèques pour reconstituer l’exposition chez elles. C’est comme ça qu’on a développé l’activité de création d’exposition ».

Et le succès est au rendez-vous. « Des musées nous ont sollicités pour du commissariat d’exposition. On a travaillé avec le musée historique de Strasbourg, le musée d’art moderne de Lucerne, le museum d’histoire naturelle de Toulouse, etc. Les installations sont plus ambitieuses ! » poursuit l’éditeur, « On imagine la scénographie avec les auteurs, on fabrique nous-mêmes les éléments de l’exposition, on a désormais notre propre atelier bois ! »

Jeunesse

Aujourd’hui, les éditions 2024 éditent une dizaine d’ouvrages par an. « Au départ, on se disait qu’on allait sortir deux ou trois livres par an maximum. On voulait se garder du temps pour nos projets respectifs, mais au final on s’est vite retrouvé à être éditeur à plein temps », confie Olivier Bron. Le catalogue compte aujourd’hui 49 livres dont quatre édités sous le label 4048, la branche jeunesse des éditions 2024. « On a eu des enfants, on lisait des livres jeunesse, les auteurs qu’on édite aimaient faire des livres jeunesse donc on s’est lancé ! Plusieurs de nos ouvrages étaient destinés à la jeunesse, on s’est dit que ça serait plus facile pour les libraires d’avoir un vrai label identifié », explique Olivier Bron.

Que peut-on souhaiter aux éditions 2024 pour les dix prochaines années ? « On n’imaginait pas être là une décennie plus tard, donc on a juste envie de continuer à se faire plaisir ! Et pourquoi pas s’occuper enfin de nos projets personnels ? », conclut Olivier Bron. Rendez-vous en 2030 pour les 20 ans !

Charlotte Staub


Le site des éditions 2024