L’Ensemble Intercolor regroupe cinq musiciennes dont la diversité des instruments et des cultures permettent une recherche de couleurs sonores et de langages musicaux inédits, avec un répertoire naviguant entre musique contemporaine et musique ancienne vocale.

Aleksandra Dzenisenia (Biélorussie), Camille Nancy (France), Helena Sousa Estévez (Espagne), Yui Sakagoshi (Japon) et Sara Taboada(Colombie–France) se rencontrent à l’Académie supérieure de musique–HEAR durant l’année scolaire 2015–2016. Elles jouent respectivement du cymbalum, du violon, de l’accordéon, du saxophone et de la clarinette et se retrouvent, cette année-là, dans le cours de musique de chambre de Craig Goodman. L’enseignant, connaissant la pratique des cinq étudiants et leur ouverture d’esprit, leur propose de jouer ensemble.

Répertoire vocal

Craig Goodman a visiblement eu du flair. « Ça a tout de suite très bien fonctionné entre nous ! Au commencement, nous étions six car il y avait également une étudiante en Erasmus au chant, mais après son départ, on a décidé de poursuivre l’aventure. C’est Sara qui a (très bien !) pris la relève pour le chant », raconte Aleksandra Dzenisenia. « On s’est d’abord tourné vers un répertoire vocal de la Renaissance car on a réalisé que nos instruments, que l’on n’a pas l’habitude d’entendre pour certains, sonnaient ensemble comme des voix », explique Sara Taboada.

Couleur du son

Lorsque l’on demande à l’Ensemble Intercolor d’expliquer au néophyte son répertoire, c’est une discussion presque philosophique qui débute et prend comme point de départ le nom de l’ensemble. « On a décidé de s’appeler Intercolor pour plusieurs raisons : on travaille notamment sur la couleur du son », explique Yui Sakagoshi, « lorsque l’on met en miroir la musique ancienne et la musique contemporaine, on remarque que l’on trouve énormément d’écho entre les deux. Dans la musique ancienne, on retrouve des effets et des couleurs contemporaines », ajoute Sara Taboada. « On travaille vraiment sur une esthétique qui mêle l’ancien et le contemporain » conclut Helena Sousa Estévez.

Première pièce

Alors que le groupe trouve son format définitif en 2017, Antonio Tules, étudiant en Composition et interprétation musicale (ndlr: par ailleurs lauréat de l’édition 2017 de l’Académie de composition Philippe Manoury – Musica), propose de leur écrire une pièce. « Il est venu nous écouter jouer plusieurs fois, puis il a commencé à créer la pièce Récessive Sept que l’on joue encore aujourd’hui dans nos concerts », raconte Camille Nancy.

Deux autres compositeurs ont ensuite composé pour l’Ensemble Intercolor : Jean-Patrick Besingrand en 2018 avec Cinq centimètres par seconde (France) et Friso van Wijck cette année avec …of blue, of green… (Pays-Bas). Une quatrième pièce est également en pleine création : le compositeur danois Mogens Christensen est train d’écrire Folkesang fra et ukendt land (en anglais Folk song from an unknown country) qu’elles joueront cet été au Thy Chamber Music Festival (Danemark).

Weekend entier à Strasbourg

Aujourd’hui, trois musiciennes sont à Strasbourg, l’une près de Paris et la dernière aux Pays-Bas. « Malgré un emploi du temps chargé et avec les kilomètres, on essaye de se voir une fois par mois, tout un weekend à Strasbourg » confie Yui Sakagoshi. « On a une philosophie qui nous pousse à nous dire, quoi que l’on fasse, le chemin parcouru est déjà super ! Que l’on continue ou que l’on s’arrête, on n’y pense pas, l’important c’est le présent. Toutes les expériences déjà vécues nous serviront pour plus tard », ajoute Helena Sousa Estévez..

L’Ensemble a ouvert cette année une chaîne YouTube. « On a récemment posté une vidéo de présentation du groupe, on a posté la pièce écrite par Jean-Patrick Besingrand et l’on postera bientôt des captations de concerts. Avoir ce genre d’outil est une manière de se faire connaître par un plus large public et de lui faire découvrir des instruments comme le cymbalum, que franchement personne connaît ! » s’amuse Aleksandra Dzenisenia.


La chaîne YouTube de l'Ensemble Intercolor
La page Facebook de l'Ensemble Intercolor