Artistes, le saviez-vous ? Depuis 2013, les plasticiens, illustrateurs, photographes, auteurs de bd, performers, etc. peuvent bénéficier de stages animés par des intervenants spécialisés dans divers domaines, permettant ainsi aux créateurs « de poursuivre leur processus de perfectionnement tout au long de leur vie professionnelle ». Découverte du service de Formation continue de la HEAR et infiltration dans un stage à l’école.

Une vidéo-projection sur un mur de la salle Prechter sert de support à un cours qui étonne et détonne dans une école d’Art : une initiation à la comptabilité, séance durant laquelle les tubes de peinture, crayons ou maquettes ont laissé la place à tableaux Excel et colonnes de chiffres. Les stagiaires sont venus écouter les bons conseils de Jeanne Maggiulli, experte es calculs de revenus et déclarations d’impôts pour les métiers artistiques. Parmi eux, Mona Leu Leu, illustratrice, designer papier, graphiste et compagnie, assiste à cette formation « pour être dans les clous » et « affiner [s]a connaissance » en matière de facturation, véritable sport de combat pour nombre d’indépendants.

Pragmatique, Fantine Andrès, dessinatrice et plasticienne à l’univers charbonneux, cherche à assoir son savoir afin de déclarer au mieux ses charges : assurances, frais de matériel, gaz, entretien… Après une vingtaine d’années au sein de l’Ogaca à monter des « business plans » auprès des créateurs – « qui, selon leurs territoires artistiques, ne sont pas tous confrontés aux mêmes problématiques, » –, Jeanne connaît tous les secrets des calculs de revenus et autres mystères des régimes particuliers. Pédagogue, elle prend soin d’expliciter : « Dans une pratique libérale classique, dentiste par exemple, on parvient à un régime de croisière une fois que sa clientèle est faite. Pour un artiste, c’est totalement fluctuant : il peut faire un mois à 2 000 € et un autre à zéro ! » Les créateurs doivent faire face à des comptas casse-têtes, mais ils bénéficient d’une belle occasion, une aide à la formation de plus de 7 000 € par an. Fantine projette d’ailleurs déjà de s’inscrire à une possible initiation au travail du verre au CIAV de Meisenthal, loin des problèmes de gestion, des documents administratifs… et de son champ de compétence. « Je fais essentiellement du dessin, mais parfois j’y intègre de petites pièces de céramique. J’aimerais faire de même avec quelques éléments de verre, mais comme je connais peu ses propriétés, qu’il soit moulé ou soufflé, j’ai du mal à penser ses possibilités. Cet atelier me permettrait de comprendre et voir comment exploiter ce nouveau matériau. »

Possibilité d’une prise en charge

Toutes les personnes concernées ne savent pourtant pas qu’elles peuvent profiter d’une prise en charge particulièrement importante chaque année pour parfaire leurs connaissances et ouvrir leur horizon. La sensibilisation et l’information font partie des missions de Grégory Jérôme, responsable de la Formation continue au sein de la HEAR, mais aussi des autres écoles supérieures d’Art du Grand Est (ENSAD-Nancy, ÉSAL, sites de Metz et Épinal et ESAD de Reims), celles-ci ayant choisi de mutualiser ce service à Strasbourg. Créé en 2016, le service de Formation continue héberge également le CFPI (Centre de formation des plasticiens intervenants, labellisé par le Ministère de la Culture et de la communication), une formation accueillant une dizaine de stagiaires sur huit mois dispensée au sein de l’école depuis 1999. Ce sont une vingtaine de stages allant de deux à cinq jours et coûtant de 400 de 1 200 € environ qui sont ainsi proposés depuis deux ans.

Les domaines embrassés sont larges : la création de caractères typographiques, animée par Émilie Rigaud et Thomas Huot-Marchand, typographes / enseignants à Nancy, la cession de droits à l’international avec Nicolas Grivel ou La prise de vue à la chambre photographique en compagnie de Richard Petit. Le rôle de Grégory Jérôme est de « humer les tendances fortes, de sonder les besoins des artistes » et de s’appuyer sur son réseau pour fédérer des intervenants (performers ou dessinateurs, graphistes ou juristes…) venant de la France entière autour d’un projet pédagogique post-école plus que nécessaire aujourd’hui.

Emmanuel Dosda

(mis en ligne le 09. 05 .2018)


La page consacrée à la Formation continue sur le site de la HEAR