La miroiterie Verrissima, spécialisée dans la fabrication des portes d’entrée en verre, a souhaité confier à de jeunes artistes diplômés de la HEAR le soin d’imaginer les motifs de ses produits-phares, vendus en France et exportés au Luxembourg, en Suisse, Belgique et Allemagne. Cinq artistes/collectifs d’artistes ont été retenus et apparaissent aujourd’hui dans le catalogue de l’entreprise.

Ce partenariat entre Verrissima et la HEAR trouve sa genèse dans un contexte particulier pour la miroiterie installée en Lorraine : « Alors que la plupart des entreprises fabriquaient des portes d’entrée en PVC ou aluminium, Verrissima a développé il y a une dizaine d’année des portes en verre dont l’efficacité et la solidité ont séduit énormément de monde. Nous nous sommes rapprochés très rapidement de designers pour proposer des designs contemporains à nos clients. Le succès a été immédiat, mais le revers de la médaille a été la multiplication des copies et autres contrefaçons de nos produits », raconte Patrick Gross, directeur commercial et marketing chez Verrissima et instigateur du projet. « C’est dans ce contexte que nous avons décidé de nous diversifier et proposer quelque chose de novateur. Le PDG du groupe Jonathan Metz et moi- même pris alors contact avec la HEAR ».

Histoire singulière

La miroiterie et l’école tombent d’accord sur le principe de faire appel à de jeunes diplômés de l’école, pour qu’ils investissent l’entrée de l’habitat avec une création reproduite sur les vitres fabriquées par Verrissima, et intégrées aux portes d’entrée. À l’issue du concours, quatre artistes et un collectif ont été retenus. Thibault Arnoul (DNSEP Illustration/2017), Camille Martin (DNSEP Didactique visuelle/2013), Teddy Moissant (DNSEP Design/2014), Simon Morda-Cotel (DNSEP Art, Le Plateau/2016) et le collectif 2920g (Brice Ammar-Khodja, DNSEP Design graphique/2017 et Morgane Liébard, DNAP Design textile/2017) ont proposé des visions toutes très différentes, parfois graphiques, parfois illustratives.

« J’ai trouvé très intéressant de travailler ainsi avec un industriel qui a un tout autre regard que celui que l’on peut avoir lorsque l’on est à l’école » note Thibaut Arnoul, dont l’un des projets, Motif vivant, a été reproduit à l’échelle 1 par l’entreprise pour être présenté au salon professionnel Equipbaie. « L’entreprise s’est montrée disponible pour s’engager dans des propositions différentes de celles qu’elle offrait jusqu’alors. Pour mon projet, j’ai travaillé comme j’aurais pu le faire à l’atelier Sérigraphie à l’école. En l’occurrence, j’ai cherché à questionner l’intérêt du verre, ce qu’il avait comme défauts, comme qualités. C’est ainsi que j’ai  développé une proposition qui s’appuie sur un jeu optique rendu possible par la technique du triple vitrage. »

Salon Equipbaie

« Le résultat est pour moi un immense succès », confie Patrick Gross, « je pense que chaque client peut trouver son bonheur, il y a du contemporain, du classique, de l’original, le choix est assez large ». En novembre 2018 a eu lieu à Paris le salon professionnel Equipbaie, qui réunit tous les deux ans les entreprises du domaine. Verrissima a présenté les créations des jeunes artistes et designers de la HEAR à travers leur nouveau catalogue, édité à près de 20 000 exemplaires par an et diffusé – outre la France – en Suisse, Allemagne, Belgique et Luxembourg. « Les premiers retours sont très positifs ! Le parti pris artistique a été très bien accueilli », s’enthousiasme le directeur commercial et marketing.

Pour Patrick Gross, le petit plus de cette collection est l’histoire qui se cache derrière chaque proposition. « Ce n’est pas juste un motif sur du verre. Chaque artiste a accompagné sa création d’une petite note d’intention pour expliquer sa démarche », raconte-t-il. Motifs vivants, quasi trompe-l’œil, hommage aux toits des maisons alsaciennes, clin d’œil à la technique de l’anamorphose, inspiration textile ou illustration abstraite, chaque porte d’entrée créée pour l’occasion est le témoin d’un univers artistique singulier.