La HEAR accorde une aide financière et méthodologique à ses étudiants souhaitant développer un projet comportant une dimension publique (expositions, performances, concerts, éditions…). Le 13 décembre 2018, la commission a apporté une aide à neuf projets.

Ouverte aux étudiants des trois sites de la HEAR, cette aide fait l’objet de deux appels à candidatures par an. La commission de décembre 2018 était composée de Mathieu Schneider (Maître de conférence à la Faculté des Arts, Université de Strasbourg), Anne Guyonnet (agent administratif à la HEAR, coordinatrice de l’aide à projets), Estelle Pages (directrice des études en arts plastiques), Didier Kiefer, Ju Young Kim et Emmanuel Séjourné (enseignants à la HEAR). Ils ont souhaité accompagner neuf projets.

Enregistrement du premier album VIBRE !, par Janis Bombizo (2e année, Académie supérieure de musique de Strasbourg–HEAR)
Janis Bombizo forme avec Célestine de Williencourt, élève du Conservatoire en Chant-jazz, un duo de musiciens. Ce duo organise des concerts improvisés. Leur projet est ouvert à différentes formes d’art comme la danse. Ils se sont rendus compte en pratiquant l’improvisation qu’il était nécessaire d’avoir des matériaux écrits. Ils souhaitent réaliser un album pour pouvoir présenter le groupe et faire appel dans cette optique à un ingénieur du son professionnel.

RBS4tet, par Mélaine Gaudin (2e année, Académie supérieure de musique de Strasbourg–HEAR)
Mélaine Gaudin, étudiant en percussions, accompagné de deux autres étudiants de l’Académie, présente le projet RBS pour Rock band strasbourgeois. Il s’agit d’un projet de résidence à la Vill’a d’Illkirch, avec un accompagnement de type ingénieur du son et éclairage.

Piano Talent Series : enregistrement et diffusion de disques de piano solo, par Olivier Claude (4e année, Académie supérieure de musique de Strasbourg–HEAR)
Olivier Claude, présente avec Samuel Aznar, ancien étudiant pianiste, le projet et son point de départ : la rencontre avec un ingénieur du son qui a contacté des étudiants pianistes pour leur proposer une technique d’enregistrement qu’il a développée.

La place de la femme à travers Camille Claudel, par Simon Journet (1ère année, Académie supérieure de musique de Strasbourg–HEAR)
Simon Journet, étudiant en percussions, présente avec Wichariy Cruz, étudiante en saxophone, son projet autour de la figure de Camille Claudel. Ils expliquent qu’ils ont tiré des axes de réflexion de la vie de Camille Claudel : le mouvement (ex: la valse), la place de la femme. Ils vont travailler sur l’espace, l’idée étant que la lumière soutienne le changement de place du public. Leur travail s’articule autour de l’interrogation sur la place de la femme aujourd’hui, minoritaire au festival d’Avignon, au sein des orchestres, etc. Cette réflexion déboucherait sur un spectacle mêlant danse et musique, en partenariat avec un étudiant en scénographie de la HEAR.

Quatuor AVENA en Afrique du Sud 2019, par Sumika Tsujimoto (4e année, Académie supérieure de musique de Strasbourg–HEAR)
Samika Tsujimoto, accompagnée d’Adam Campbell, tous deux membres du Quatuor AVENA, présentent le projet de cet ensemble de réaliser une tournée en Afrique du Sud et au Zimbabwe. La tournée musicale s’articule également autour de projets pédagogiques de quatre ordres : projets dans les écoles, master class, journées du saxophone, festival de musique. L’intérêt de ce projet mené en Afrique réside essentiellement dans la découverte d’autres approches pédagogiques.

Dans ma maison de papier, j’ai des poèmes sur le feu, Marin Lambert (4e année, Académie supérieure de musique de Strasbourg–HEAR)
Marin Lambert présente un projet transdisciplinaire entre théâtre et musique où il intervient en tant que musicien mais aussi au titre de la mise en scène. Ce projet s’est nourri d’échanges entre amis ; il consiste en du théâtre jeune public articulé à des interventions dans des écoles.

Detroit, par Laura Conill (4e année, site d’arts plastiques de Mulhouse)
Laura Conill va partir à Détroit pour un voyage de trois mois, à la rencontre des acteurs de la ville. Son projet consiste à réaliser un documentaire à l’issue du voyage, à organiser des ateliers et des workshop. Pourquoi Détroit, car c’est une ville qui a été mise en faillite, le modèle qui fondait la ville s’est effondré. C’est devenu un symbole de ville structurée sur un système alternatif. Laura Conill travaille sur la thématique du design engagé, elle souhaite rencontrer à Détroit une chercheuse qui réfléchit également à cette thématique.

Atka, aller et retour du Groenland, par Léa Broussard (4e année, site arts plastiques de Strasbourg)
Léa Broussard va participer en mars, à une résidence organisée sur un voilier au Groenland. Dix artistes de tous horizons, vont se succéder sur le voilier et travailler autour d’une thématique : celle de Léa Broussard sera « l’ordinaire ». Son idée est de s’approprier l’espace du bateau, de collecter les mouvements des personnes présente sur le voilier, pour ensuite aller vers la scénographie puis la chorégraphie.

Finissage de la saison froide avec la difficulté qu’on a à se parler, par Katarina Lanier (4e année, site arts plastiques de Mulhouse)
Katarina Lanier, étudiante sur le site arts plastiques de Mulhouse, présente ce projet avec Anaïs Sierre, issue du site arts plastiques de Strasbourg. Elles se sont retrouvées par hasard au sein de l’école après s’être rencontrées en Suisse il y a sept ans. Ce projet est né de la proposition d’une amie de les inviter à utiliser un chalet familial situé en Suisse, isolé, sans électricité. Elles ont prévu des temps d’écriture, d’expérimentation culinaire. Ce qui les intéresse c’est le questionnement sur la notion de résidence. Une juriste sera également associée. L’idée serait ensuite de faire un événement sur place pour investir le lieu ; elles réfléchissent également à d’autres modes de diffusion.

(mis en ligne le 15. 02. 2019)


Prochaine commission le 4 avril 2019 (date limite de dépôt de dossier : 21 mars 2019)
Coordination du projet  : anne.guyonnet@hear.fr