Pierre Mercier ne voyait pas de frontière entre enseignement et pratique artistique. Les deux se sont joyeusement confondus dans sa vie jusqu’à sa disparition en 2016. Après le « choc », ses proches, complices et camarades de jeu lui ont rendu hommage en éditant un objet kaléidoscopique non identifié : un Catalogue déraisonnable.

Comment écrire un article “formaté” sur un artiste d’une envergure telle qu’il n’entre dans aucune catégorie ? Comment décrire objectivement le travail éditorial réalisé un an après la disparition d’un homme qui marqua la carrière de tant de plasticiens, surtout s’ils en parlent des trémolos dans la voix ? Comment évoquer une pédagogie expérimentale, donc difficile à expliquer, « si on ne la vit pas », selon les artistes qui l’ont côtoyé, parfois en tant qu’enseignant ? En citant quelques noms peut-être : Clément Cogitore (DNSEP/master Art, 2006) et ses films à la beauté plastique et mystique, Olga Mesa et ses chorégraphies-vidéo intégrant un “corps-opérateur”, ou encore Céline Ahond (Art, 2006), Judith Deschamps (Art, 2011) ou Till Roeskens (Art, 2003). Ceux-ci, et bien d’autres artistes ont participé au Festival pour un Temps Sismique « réactivant les énergies » autour de Pierre Mercier (1946-2016) et du groupe Hors-format (ex-Art 3) de l’option Art fondé en 2011 par le trio Pierre Mercier, Éléonore Hellio et Francisco Ruiz de Infante*. Être “déraisonnable”, Pierre Mercier l’est comme le catalogue réalisé en son honneur, co-dirigé par Christophe Boulanger, Barbara Forest, Pierre di Sciullo et Lidwine Prolonge.

L’école comme atelier

Dans l’ouvrage est reproduit un manifeste typographiquement déroutant où chaque lettre est différente (la “faute” à Pierre di Sciullo, responsable de la conception graphique du catalogue) : Pierre Mercier y affirme que l’Art, « avant d’être la production d’objets fabriqués artisanalement ou industriellement » est « un jeu libre, une activité intellectuelle en forme de résistance […] à la production de marchandises ». Plus loin, ce maître d’école buissonnière déclare sa passion pour l’enseignement qu’il considère comme un Art à part entière. Mieux, « une création plastique ». Pour rendre compte de cette « trajectoire » atypique, une carrière faite de « frottements et de rencontres », il a été rassemblé des travaux de Mercier impressionnants d’éclectisme – dessins, carnets de notes, captations vidéos, traces de ses performances – et a « mobilisé de nombreux souffles » autour d’un document de 130 pages.

On ressent l’ambiance des cours Hors-Format, à 3h du matin dans un recoin de l’école où l’on discute et se dispute parfois, par petites grappes d’élèves. Le catalogue est voulu comme une cartographie, un cheminement plus ou moins tortueux sur les pas d’un « promeneur » surtout pas solitaire. L’ouvrage a l’allure d’un chœur dans lequel les voix ne chantent pas l’unisson, mais « s’accordent » toutes ensemble.

Emmanuel Dosda


Pierre Mercier, Catalogue déraisonnable (20 €). Ouvrage publié à l’occasion des expositions « Pierre Mercier. Rien n’a jamais cessé de commencer » au musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg (28.04-30.07.2017) et « Pierre Mercier, les règles du jeu » au LaM, Lille Métropole musée d’Art moderne, d’Art contemporain et d’Art brut à Vileneuve-d’Ascq (18.11.2017-22.04.2018) et du Festival pour un Temps sismique à La Chaufferie, galerie de la HEAR (9-18.03.2017).

Une coédition Musées de la ville de Strasbourg, LaM, Haute école des arts du Rhin, association Instable, École supérieure d’art du Nord-Pas de Calais, Dunkerque-Tourcoing.

Contributions de Céline Ahond, Jean Attali, Christophe Boulanger, Nicolas Boulard, Gregory Buchert, Marie-Thérèse Champesme, Clément Cogitore, Pierre di Sciullo, Judith Deschamps, Mohamed El baz, Encastrable : Paul Souviron et Antoine Lejolivet, Barbara Forest, Paul Jacques Yves Guilbert, Anahita Hekmat, Eléonore Hellio, Séverine Hubard, Karlpez, Adrien Lamm, Thomas Lasbouygue, Olga Mesa, Sonia Poirot, Lidwine Prolonge, Philippe Robert, Till Roeskens, Francisco Ruiz de Infante, Claire Serres, Valentine Siboni, Patrick Varetz.

Direction éditoriale : Christophe Boulanger, Barbara Forest, Pierre di Sciullo et Lidwine Prolonge
Coordination éditoriale : Lize Braat, Bérangère Huguet et Giorgia Passaro
Conception graphique : Pierre di Sciullo
Relecture et correction : Anne-Claire Juramie
Photogravure : Les Artisans du Regard
Impression : media graphic
Diffusion-Distribution : Volumen Interforum

*  Le groupe Hors-format, groupe de l’option Art est désormais composé de Dominique Auerbacher, Anne Laforet, Lidwine Prolonge et Francisco Ruiz de Infante.