Diplômé de l’atelier Communication graphique en 2010, Vincent Broquaire interroge nos rapports à la nature et aux nouvelles technologies. Avec son feutre et son encre noire, il vogue entre art contemporain et illustration. Rencontre avec un artiste singulier.

« Tu as fait un cursus en Art ? En Illustration ? » Cette question, Vincent Broquaire aime qu’on la lui pose. « Je trouve ça intéressant que les gens s’interrogent sur mon travail, j’aime bien que l’on ne sache pas vraiment quel parcours j’ai eu », s’amuse-t-il.

Démarche transversale

Sa pratique interroge à juste titre. Si le graphisme ou l’illustration sont effectivement revendiqués comme discipline des arts appliqués, la démarche de Vincent Broquaire s’avère transversale. Avec le dessin comme point de départ, l’artiste — il se définit lui même comme tel — propose une pratique allant du film d’animation à la performance, en passant par le livre ou l’intervention en espace public.

« Depuis le baccalauréat, j’ai eu plusieurs enseignants très ouverts qui m’ont encouragé et guidé dans mes expérimentations » souligne Vincent Broquaire, « ils comprenaient mon envie de partir du dessin et d’aller vers d’autres supports. »

Pour son DNSEP (Diplôme national supérieur d’expression plastique), il présente une performance intitulée Screen To Screen, dans laquelle il tourne en dérision nos comportements face aux nouvelles technologies à l’aide d’un écran faussement tactile, « les présentations façon Keynote d’Apple »« Tout est préparé à l’avance, le film d’animation est lancé, je fais simplement les gestes par-dessus la vidéo, à la manière d’une chorégraphie », explique Vincent Broquaire. « Le jury a très bien reçu le concept ! Il y a eu pas mal de rires et la situation était cocasse, on peut faire passer beaucoup de choses avec l’absurde ».

Parenthèse expérimentale

En sortant de l’école, Vincent Broquaire garde en tête cette parenthèse expérimentale et créative de sa pratique et se tourne peu à peu vers l’art contemporain. « Finalement, tout est allé très vite après le diplôme, j’ai pu poursuivre une pratique quotidienne du dessin, faire des performances et de l’animation » explique-t-il. Les mois qui suivent son diplôme, un recueil de dessins est édité par une galerie rennaise et accompagné d’une exposition personnelle. Il est ensuite repéré pour faire du dessin de presse et publié dans Le Monde ou la revue XXI. Il présente l’année suivante sa performance Screen To Screen devant 300 personnes au musée des Beaux Arts de Nantes pour des rencontres autour du logiciel libre. « Le public était principalement composé de codeurs et développeurs. Ils ont plutôt apprécié la performance mais certains étaient assez déroutés et m’ont posé des questions très techniques » se souvient Vincent Broquaire.

Ces questionnements sur l’humain, l’architecture, la nature et les nouvelles technologies continuent de prendre des formes diverses : websérie pour le Centre Pompidou (Paris), installation vidéo immersive pour le centre culturel Les Champs Libres (Rennes), dessin mural sur immeuble et passages piétons pour une commande publique (Lyon et Villeurbanne), etc. « J’aime multiplier les supports et ne pas rester sur le dessin papier, je désire sans-cesse emprunter le plus de chemins possible » explique l’artiste.

Force

Avoir une pratique plurielle et transversale, Vincent Broquaire le voit comme une force. « En tant qu’étudiants, nous ne sommes pas obligés de coller à l’option que l’on choisit à l’école, on peut emprunter différentes voies à l’intérieur d’une section et mener le parcours à sa manière. Cela peut offrir d’avantage d’opportunités, et de possibilités » ajoute-t-il. Lorsque qu’on lui demande un conseil aux futurs diplômés : « Je pense qu’iI ne faut pas envisager le DNSEP comme un mur avec un grand vide derrière, mais plutôt le voir comme une étape. Je me suis appuyé sur une partir du réseau de l’école, et surtout de mes camarades de promo, toutes sections confondues. Même si ce réseau est restreint au départ, il permet de se lancer et d’avoir des opportunités. » 


— Baccalauréat professionnel Communication graphique
— DNAP Communication graphique (EESAB Lorient)
— DNSEP Communication graphique (HEAR à Strasbourg)


Le site web de Vincent Broquaire
Son instagram...
...et son Vimeo