La HEAR accorde une aide financière et méthodologique à ses étudiant·e·s souhaitant développer un projet comportant une dimension publique (expositions, performances, concerts, éditions…). Le 12 décembre 2019, la commission a sélectionné six projets.

Ouverte aux étudiant·e·s des trois sites de la HEAR, cette aide fait l’objet de deux appels à candidatures par an. La commission de décembre 2019 était composée de David Cascaro (directeur), Madeline Dupuy (responsable de l’Artothèque de Strasbourg), Pascal Humbert (administrateur général), Ju-Young Kim (enseignante), Bertrand Lemonnier (enseignant), Mélanie Roux (administratrice) et Aline Zylberajch (musicienne). Ils ont souhaité accompagner six projets :

Édition spéciale et micro-éditions, par le collectif BanBan, composé de Hyesung Jung, Hyosook Kim, Nahrae Lee et Shohyung Park (sites d’arts plastiques de Mulhouse et Strasbourg)
Les quatre étudiantes coréennes se sont rencontrées pendant leurs études à Mulhouse et ont formé le collectif BanBan (« moitié moitié »). Elles produisent un fanzine mensuel depuis un an et souhaitent réaliser une édition spéciale augmentée pour le premier anniversaire du fanzine. Elles voudraient également chacune réaliser une micro-édition personnelle. Les cinq versions seront présentées lors de prochains salons en France et en Europe, sur lesquelles les jeunes femmes sont déjà très présentes, ainsi que dans une libraire parisienne.

Station spéciale, par Léa de Block, Félix Auvard, Charlotte Paris, Margot Sounack, Stephen Paulet, Adrien Cantone (site d’arts plastiques de Strasbourg)
Les étudiants se sont rencontrés dans le cadre de l’atelier Projet éditorial ambitieux, où Léa de Block a suggéré un projet de science-fiction. « Station spéciale » est une sorte de de bande dessinée d’une centaine de pages en couleur, avec un premier numéro lancé et d’autres numéros à suivre. Les étudiants ont créé un univers cohérent et détaillé (personnage, carte…) qui va leur permettre d’inviter des auteurs à s’immerger dans cet univers. La collaboration se fait notamment à distance avec une boîte à outils dans laquelle piocher, et qui va évoluer au fur et à mesure des ajouts de tous les auteurs (carte évolutive en 3D notamment). Ils se sont inspirés d’un projet similaire né à Épinal, qui fait participer de nombreux auteurs. dans le même univers, avec une unification par un code couleur, et bien sûr la « station spéciale » comme  trame.

Stage de tuba à Aubure, par Yoann Rampon (Académie supérieure de musique de Strasbourg–HEAR)
Yoann Rampon et Léa Mercier, étudiants en tuba à l’Académie, présentent les origines du quatuor Ellius, composé également de Doriane Charton, ancienne étudiante et Clément Goy, étudiant DE à l’Académie. Le stage de tuba est ouvert au plus grand nombre avec des tarifs abordables (180€ pour les mineurs, 220€ pour les adultes), notamment grâce au bénévolat effectué par la famille et les amis du quatuor, qui prend en charge les cours et le concert de restitution. Le quatuor souhaite développer le stage et doit donc recruter un directeur et un assistant d’encadrement pour être en conformité avec les règles en matière d’accueil de mineurs.

Après l’explusion, par Nina Savey-Guillerault (site d’arts plastiques de Mulhouse)
Nina Savey-Guillerault explique avoir passé un mois de stage auprès d’associations et ONG présentes sur la jungle de Calais et vouloir y retourner pour tourner un documentaire, ayant été très marquée par les histoires qu’elle y a croisées. L’étudiante a déjà contacté des structures pour la diffusion de son documentaire dans la région : certaines sont acquises (bibliothèque de Mulhouse et temple Saint-Étienne), et d’autres attendent de voir le résultat avant d’assurer une projection. L’étudiante a alimenté un carnet de bord riche en photos et notes lors de son premier séjour. Elle sera accompagnée par une étudiante du site d’arts plastiques de Mulhouse pour la prise de son, lui permettant de poser sa voix en off sur les témoignages.

Check it out, par Justine Siret (site d’arts plastiques de Mulhouse)
Justine Siret est à la HEAR depuis octobre 2018 suite à une équivalence, après des études aux Beaux-arts de Marseille, elle est spécialisée en photographie et peinture. Elle a rencontré Martine Chantrel lors du jury du concours Talents Sati, qui lui a proposé de l’exposer au Centre culturel français de Freiburg au printemps 2020. L’étudiante est accompagnée par l’enseignante de photographie de Mulhouse, notamment pour la scénographie de l’exposition.

TQM, exposition performance, par Garance Oliveras (site d’arts plastiques de Strasbourg)
Garance Oliveras explique l’origine de son projet dans sa mobilité à Mexico l’an passé, où elle a rencontré l’artiste Montserrat Pazos avec qui elle s’est fortement liée, ainsi que le collectif Bikini Wax. Les deux artistes ont souhaité utiliser leurs nombreuses et riches conversations numériques (textos, mails, réseaux sociaux, photos et vidéos). Elles voudraient réaliser une exposition performance à Mexico dans un espace mis à leur disposition : il s’agit de recréer des chambres où les artistes liront et vivront leurs conversations, sur des lits recouverts de tissus créés (représentant des fonds d’écran). Seront surtout utilisés les nudes que les deux artistes s’envoient pour les interroger et les exploiter. Les visiteurs auront accès à un drive hébergeant toutes les données personnelles.

(mis en ligne le 06.03.2020)