Strasbourg, HEAR - Auditorium

« Le manga après-guerre : une question de croissance ». Cette seconde intervention d’ Antonin Bechler, maître de conférences au département d’études japonaises de l’université de Strasbourg, ouvre le cycle de conférences  « Une autre histoire du manga japonais »  proposé par Olivier Deloignon.

 « Une autre histoire du manga japonais »  – cycle de conférences  :

Depuis les années 1980 et les débuts du succès du manga japonais à l’étranger, les questionnements sur ses origines se sont multipliés et ont divisé la critique aussi bien au Japon qu’en Occident.
Fallait-il insister sur la tradition des arts visuels japonais antérieurs, depuis les rouleaux peints (emakimono) de l’époque Heian (Xe-XIIe siècle) jusqu’aux estampes (ukiyo-e) de l’époque d’Edo (XVIIe-XIXe siècle) ? Ou au contraire mettre en avant l’apport des illustrateurs occidentaux débarqués au Japon après l’ouverture du pays en 1853, et le processus de modernisation à tous crins qu’elle a enclenchée ?
Enfin, ce discours sur les origines, à quel « manga » s’applique-t-il ? La bande-dessinée japonaise prise dans son ensemble depuis la fin du XIXe, ou celle que l’on produit et lit aujourd’hui et qui semble n’avoir plus grand-chose à voir avec les premières tentatives japonaises d’émulation de la caricature de presse et des comics strips occidentaux ? Comment est-on passé de celle-ci à celle-là ?
Deux conférences se proposent d’apporter quelques éléments de réflexion sur ces questions, en se penchant d’abord sur la période des années 1930 et 1940, puis sur les évolutions formelles et thématiques qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale et abouti au manga japonais d’aujourd’hui, tel qu’il est lu et apprécié dans le monde entier.

Après un bref tour d’horizon du secteur de l’édition de manga dans la période d’après-guerre, cette seconde conférence s’attachera à démontrer comment les évolutions formelles et thématiques qui affectent le manga au fil des années 1930 et 1940 vont se retrouver dans les principales catégories de manga grand public d’après-guerre, et y poursuivre leur développement pour engendrer le manga japonais d’aujourd’hui.

Nous suivrons ces évolutions au travers d’exemples concrets, notamment dans l’œuvre d’Osamu TEZUKA, les premières grandes sagas du manga pour garçons (shônen manga) des années 1950 et 1960, et l’élaboration de l’identité graphique et thématique du manga pour jeunes filles (shôjo manga) en tant que catégorie constituée au cours des années 1960-1970.

Antonin Bechler est maître de conférences au département d’études japonaises de l’université de Strasbourg. Ses recherches portent sur les représentations, discours et idéologies dans les productions narratives du Japon contemporain, en particulier dans la littérature. Il a écrit notamment sur les romanciers Kenzaburô Ôé et Haruki Murakami, sur l’évolution de l’animation japonaise depuis les années 1980, et anime plusieurs cours et séminaires sur la littérature et la culture populaire japonaise à l’Université de Strasbourg.

Voir l'agenda de la précédente conférence du cycle

Jeudi 27 janvier, 18h
HEAR – Site d’arts plastiques — Auditorium
1 rue de l’académie à Strasbourg
Dans  le contexte sanitaire actuel, l’accès à la conférence est réservé aux étudiant·es, enseignant·es et agent·es.