La HEAR accorde une aide financière et méthodologique à ses étudiant·es souhaitant développer un projet comportant une dimension publique (expositions, performances, concerts, éditions …). La commission d’aide à projet se réunit deux fois par an. Lors de la session du 8 avril 2021, parmi 14 projets déposés et examinés, 9 ont été retenus pour bénéficier du soutien :


En raison des conditions sanitaires, la commission s’est tenue en ligne via Teams. La commission souligne de très beaux projets qui donnent envie de suivre leur développement. Les initiatives ne manquent pas, malgré des circonstances peu favorables.

« Tenir et laisser faire » (Martin Albouy– Florence Wuillai, A5 Art-Objet et A5 Design Textile) : projet né d’une rencontre autour d’intérêts partagés pour la laine, le pastoralisme et la montagne. Après tout un travail de recherche et une série d’expérimentations pour cristalliser la mémoire de la laine au sein de l’atelier verre, une exposition sera conçue et présentée à la Maison du berger de Champsaur Valgaudemar (Gap).

« Carrosserie animale ou carapace d’époque » (Yoshikazu Goulven Le Maître, A5 Art-objet) :  Yoshikazu Le Maître propose de revisiter le design et le processus de fabrication artisanal de l’automobile, pour le détourner et générer une forme animale. Il réalisera une carapace de Cistude d’Europe comme habitacle. La Cistude d’Europe est une espèce de tortue endémique en voie d’extinction, à protéger, à l’image du savoir-faire de la carrosserie qui accueille l’artiste pour la réalisation de cette sculpture.

« Station spéciale : second tour » (Félix Auvard) : Nouveau numéro d’une revue de bande dessinée collective. Une station spatiale un peu particulière, où cohabitent dans un chaos d’une étonnante harmonie, humains et espèces extra-terrestres venus de toute la galaxie, c’est l’univers créé par le collectif qui lancera sa revue lors d’un évènement organisé avec la librairie Le Tigre à Strasbourg.

 « La Mer » (Chloé Faller Roederer, A5 Illustration) : Projet d’impression de recueil d’images autour d’un thème répondant à des envies d’esthétique. Ce recueil propose de visiter, retranscrire, représenter et raconter la mer à travers un objet livre de qualité. La spirale choisie comme mode de reliure permettra une lecture fluide, immersive et infinie à l’image de la mer.

 « Galerie devînt : Exposition Miroir Cité Mulhouse » (Edouard Colombo, A2 Le Plateau) : La Galerie toute récemment créée organise, en lien avec l’association étudiante Lalala du site d’arts plastiques de Mulhouse, sa première exposition collective à Miroir Cité lieu mis à disposition par la Ville de Mulhouse. L’Objectif ? Faire découvrir le travail  d’artistes du grand Est et d’étudiants de la HEAR.

« Collectif Chorie » (Emma Dupré, A5 ) : Exposition collective (entre 15 et 30 artistes) de l’ordre de l’évènement public. Cette exposition multimédia singulière, non reproductible, impliquant du public, se tiendra dans le cadre de la programmation culturelle d’été de la ville de Strasbourg. Le collectif travaillera dans des lieux publics (parc, stade ou ponts couverts) autour de différents thèmes (Mariage, Tournoi sportifs). Il fera siennes les contraintes du lieu, de la situation Covid, de la multiplicité des participants.

« Stress-post-Chromatique » (Elouan Guillou, Illustration) : Le collectif composé de 6 membres de différentes sections a imaginé et conçu un stand transportable et modulable afin de participer à des festivals et de présenter leurs productions. Le CEEAC et la librairie Le Tigre accueilleront prochainement le stand.

« Des piscines vides et des crocodiles en plastique » (Dorian Vallet, Art, Hors-format) : Le projet concerne les coulisses du tourisme à Ibiza. L’axe adopté est celui de la transformation territoriale à des fins touristiques. Le film parle des blessures laissées dans le paysage, du rêve promis par les agences de voyage et de l’énergie développée pour l’organisation d’un territoire balnéaire.

« Enregistrement des œuvres de Matias Rosales »  : A mesure qu’il compose, Matias Rosales se forme à l’informatique pour générer son et informations musicales (échelles, harmonies, rythmiques, etc.). Afin de mieux promouvoir son travail grâce à des supports de qualité, il s’est associé à plusieurs ensembles locaux (Axis Modula, Hanatsu Miroir) pour enregistrer certaines de ses pièces.


L’enveloppe disponible pour l’aide à projets étudiants de cette deuxième session était de 11750€. Les 9 projets se sont vu attribuer un montant global de 4800€. Le solde disponible est donc de 6950€.