Parution de la revue Éclat – n°O, revue annuelle de l’atelier d’illustration, éditée par la HEAR et diffusée par les Éditions 2024. Un opus bouillonnant porté par le laboratoire « De Traits et d’esprit » avec le soutien du ministère de la culture.

Éclat : des images ; Éclat : des textes. Depuis plusieurs années, l’atelier d’illustration de la HEAR de Strasbourg rayonne : nombre d’autrices et d’auteurs stimulants sont passés sur ses bancs.

Éclat est la revue de l’atelier d’illustration de la HEAR dont la spécificité est d’accompagner les étudiants dans un processus de création autonome et singulier, de les amener à développer un travail d’auteur. En parallèle, l’atelier – par le biais de son programme de recherche « De traits et d’esprit » -, développe des journées d’étude en lien avec les pratiques de l’illustration. C’est cette articulation entre pratique et recherche qu’Éclat se propose de partager dans la continuité des publications précédentes : « De Traits et d’esprit » – 2013, « La Séquence du regardeur » – 2014, « Pas vu, pas pris » – 2017 et « Bande annonce » – 2019.

Coordonné par Olivier Deloignon et Salomé Risler avec la participation de Guillaume Chauchat et Elie Partouche, Éclat offre un panorama, à un instant T, de cet atelier.

71 jeunes artistes proposent une image. Trois analyses critiques issues de la journée d’étude « Avec Éclat » organisée par Joseph Béhé et Olivier Deloignon autour de la narration fragmentaire, sont également présentées. L’articulation entre recherche théorique et pratique, au cœur de l’enseignement, structure cet opus bouillonnant porté par le laboratoire « De Traits et d’esprit  » avec le soutien de la DGCA (Ministère de la culture).

ÉCLAT, revue annuelle de l’atelier d’illustration, est éditée par la HEAR et diffusée par les Editions 2024.
Depuis leur création en 2010 par deux diplômés : Olivier Bron et Simon Liberman, les Éditions 2024 gardent l’oeil (et le bon !) sur leur chère école – la HEAR.  Avec le collectif « Troglodyte », ils y ont animé, pendant leurs études, le fanzine « Ecarquillettes ». De nombreuses et nombreux autrices et auteurs de leur catalogue sont issus de l’atelier d’Illustration où l’expérimentation règne en maîtresse. La revue Éclat témoin de cette effervescence, rassemble les créations de 71 jeunes artistes de l’atelier et trois analyses critiques autour du récit éclaté par Jean-Charles Andrieu de Levis, Benoît Crucifix et Maël Rannou. Éditée par la HEAR et diffusée par les Éditions 2024, elle résume l’essence de l’atelier : théorie et pratique viennent servir les projets et visions des étudiantes et étudiants, dans une grande liberté.


FRAGMENTS D’ENTRETIEN – réalisé par Éditions 2024

Qu’est-ce que cette revue?
Salomé Risler : « Elle est l’addition de nos trois visions et représentative du bouillonnement de l’atelier. Nous souhaitions montrer ce qui s’y passe avec l’envie, surtout, de partager, que ce soient les créations des étudiantes et étudiants-peu importe l’année et le niveau -, mais aussi tout le volet théorique qui vient éclairer et augmenter leurs pratiques. »

Olivier Deloignon : « C’est un work in progress comme tout ce que nous faisons ici. Rassemblées dans Éclat, toutes ces illustrations prennent un nouveau sens que nous n’aurions pas vu si nous les avions regardées indépendamment. En ce sens, Éclat est un instantané de la création contemporaine. »

Guillaume Chauchat : « Elle est tout ce qu’on ne voit pas : la création et la façon dont elle se fait et se pense. C’est le premier numéro, il y en aura d’autres à l’avenir mais chaque numéro pourra se construire, se nommer, se mettre en page autrement. »

Comment s’est-elle construite?
On a fait une collecte d’images qui ont toutes été imprimées et posées au sol. Élie Partouche [ancien étudiant diplômé en 2020 et moniteur en sérigraphie, nd Ir] s’est amusé à les assembler par paires. Trois textes théoriques viennent rythmer la revue qui sont issus de journées d’études sur la question du récit éclaté.

En quoi reflète-t-elle la manière de fonctionner de l’Atelier illustration?
Ça fait à peu près dix ans qu’on a intégré l’aspect recherche à l’atelier, les étudiantes et les étudiants sont amenés à écrire un mémoire à la fin de leur cursus; avec cette idée que la fabrication d’images se croise avec la pensée. On réfléchit le geste, la main autant que la pratique. Tout se nourrit.

Notre fonctionnement est assez organique, en fonction des envies et des projets, on va mobiliser des spécialistes, des intervenantes et intervenants qui vont venir guider les étudiantes et étudiants. On est vraiment là pour accompagner des projets qui peuvent être très différents.

Il y a ce cours appelé PEA [proposition éditoriale ambitieuse, anciennement « À la marge » ndlr] qui est symbolique des mutations de l’atelier où il ne s’agit pas seulement d’illustrations …

Comment ça?
Ce cours est venu du constat que les étudiantes et étudiants qui avaient travaillé sur des publications collectives et des fanzines durant leur scolarité sont celles et ceux qui s’en sortaient à la fin de leur cursus. S’il y a des envies de livres ou d’objets, on rassemble des gens et des savoir-faire qui ne se seraient pas nécessairement croisés pour les aboutir. Des éditeurs peuvent intervenir pour les accompagner, ça a d’ailleurs été le cas des Éditions 2024. On fait en sorte que les étudiantes et étudiants se posent des questions sur la fabrication, les techniques, les financements, la diffusion, etc.

Ça permet aussi d’associer d’autres ateliers de l’école, ce qui raconte aussi les croisements désormais à l’œuvre et les évolutions de l’édition, notamment des techniques. Par exemple, en ce moment, il y a un regain pour la lithographie.

Comment préparez-vous les étudiantes et étudiants à la vie d’après?
On invite régulièrement des éditeurs qui ont des pratiques singulières, qui se situent à la marge de la chaîne du livre et trouvent des solutions pour monter des projets impossibles. Ce qui nous importe c’est que les étudiantes et étudiants croient en leurs projets et qu’ils créent un contexte pour les amener au public.

On leur donne les moyens de faire leur propre auto-critique et d’accéder à toutes les techniques: on ne les configure pas sur un modèle spécifique mais on leur donne les moyens de s’adapter, de se renouveler, de réagir. C’est important: ce sont eux qui font le travail.

Qui est qui?
Guillaume Chauchat : Auteur-illustrateur régulièrement publié aux Éditions 2024, il enseigne l’illustration à la HEAR et ce, dès la première année (avant la spécialisation).
Salomé Risler :  Enseignante de graphisme au sein de l’atelier Illustration depuis 2008, elle propose un regard avisé sur la « mise en livre».
Olivier Deloignon :  Enseignant-chercheur, il donne des cours d’histoire de l’image imprimée et est directeur du laboratoire « De trait et d’esprits ». Il invite régulièrement des spécialistes à enrichir tout le volet théorique de l’atelier.

Les programmes de recherche de la HEAR
Lire l'article sur les Editions 2024
Le site internet des Editions 2024
Lire l'agenda sur lancement de la Revue Eclat à la Librairie Le Tigre


Avec la participation des étudiant·es de l’atelier d’illustration de la HEAR :
Oriane Brunat, Lou-Anna Chenet, Bérénice Dautry, Matthias Delepine, Barbara Hvidt, Jeanne Idatte, Marius Lapouyade, Justin Large, Victor Lefebvre, Xinyi Li, Yuka Masuko, Sarah Menard, Anaëlle Perot, Jean-Baptiste Petit, Lou Pevelin, Emilie Raoul, Lucas Scholtes, Agathe Torres, Félix Auvard, Adrien Cantone, Louis Chalumeau, Noémie Chust, Léa De Block, Alice Dubois, Chloé Faller-Roederer, Eve Gomy, Mona Granjon, Clara Hervé, Marie Kozmick, Salomé Lahoche, Philippine Marquier, Antoinette Metzger, Charlotte Paris, Inès Rousset, Hippolyte Tessier, Charlotte Bresler, Eugénie Caillot, Eunhye Chot, Anouck Constant, Capucine Daclon, Alma De-Beir, Merlin Fels, Julia Frechette, Elouan Guillou, Thomas Jacoulet, Lina Lefèvre, Cassandre Lepicard, Gabriel Maffeis, Claire Malissen, Louis Mealares, Margot Sounack, Pierre Tardif, Adèle Zanotti, Flore Balas, Quentin Bohuon, Jimy De Haese, Léonore Equoy, Anne Escot, Clémence Ferrando, Shuo Hao, Irina Lissatchova, Pauline Marx, Camille Meyer, Florence Mouget, Valentin Orange, Elie Partouche, Anaïs Sière, Margot Soulat, Alexandre Turpault, Tom Vaillant, Adrien Weber


Présentation
Revue ECLAT – Editions HEAR
ISBN 978-2-901000-64-8
96 pages – Format : 38 x 27,5cm
Imprimé en quadrichromie modifiée sur papier Holmen Book 80gr.


L’ouvrage est diffusé par les Editions 2024, disponible en librairie, partout en France et en Belgique au tarif de 16 euros.


Un demi-tarif est exclusivement réservé aux étudiant.es de l’établissement et des écoles d’arts partenaires, enseignants et personnels administratifs de l’établissement : pour commander cet ouvrage à la HEAR, contactez Émilie Wilhelm au +33 (0)3 69 06 37 82 ou editions@hear.fr.
La HEAR se charge de remettre un exemplaire aux contributeurs et aux auteurs.