Étudiante à Strasbourg de 2010 à 2016, Ruth Andreina Pereira Medina vient de réussir le concours de piccolo solo de la Deutsche Oper. Retour sur le parcours de la musicienne vénézuélienne formée  à l’Académie supérieure de musique – HEAR auprès de Mario Caroli et au Conservatoire de Strasbourg, cours de spécialisation, auprès de Silvia Careddu en 2020/21.

Grande piccolo

La découverte du piano, à l’âge de sept ans, fut une révélation pour Ruth Andreina Pereira Medina : quelques années plus tard, elle part étudier l’histoire de la musique et le solfège au conservatoire Vicente Emilio Sojo de Barquisimeto, sa ville natale, mais souhaite rapidement se tourner vers un autre instrument : « Je voulais “faire de la musique ensemble”, le clavier était trop solitaire pour moi », s’amuse-t-elle. Ce sera la flûte. Au Vénézuela, elle se forme notamment dans des orchestres de jeunes, où elle rencontre le piccolo à l’âge de 15 ans. Étudiante à Caracas à 18 ans, elle décide de faire de la musique son métier, part se former en Europe auprès de Shigenori Kudo, à l’École normale de musique de Paris et suit des cours avec Sandrine Tilly (flûtiste solo à l’Orchestre national du Capitole de Toulouse) avant de venir à Strasbourg où elle passe six ans, d’abord au Conservatoire puis à la HEAR, dont elle est diplômée en 2016 : « J’y ai tout appris avec Mario Caroli. Avec lui, c’était comme si je débutais l’étude de l’instrument. Je voyais la flûte sous un jour nouveau. Lorsque je suis arrivée en Alsace, j’avais des idées très abstraites en tête. Il m’a permis de les structurer, de les faire passer dans le réel, en quelque sorte. Cette étape a été essentielle dans mon parcours artistique », résume-t-elle.

Étudiante ensuite à Dresde (où elle rencontre, puis devient l’élève de Rozália Szabó, Prix Jean-Pierre Rampal et ARD ainsi que flûtiste solo de la Sächsischen Staatskapelle Dresden) et Düsseldorf (avec Michael Faust, flûtiste solo du WDR-Sinfonieorchester), elle revient pendant un an à Strasbourg pour une spécialisation avec Silvia Careddu. Elle pratique assidûment la musique de chambre, formant, par exemple, le duo Pialute, avec la pianiste sud-coréenne Eunbin Oh. Ensemble, elles gagnent deux prix de musique de chambre en Italie et en Autriche et deviennent boursières de Yehudi Menuhin Live Music Now Dresden. Ruth Andreina Pereira Medina est par ailleurs membre du Latin Orchestra of Europe, projet artistique pédagogique.

Elle a en outre très tôt pris part à de nombreux concours internationaux : « J’aime cette pression positive. Je ne les fais pas pour battre les autres, mais pour me battre moi-même, pour me pousser à m’améliorer et explorer mes limites. C’est aussi un beau moyen pour découvrir de nouveaux répertoires », résume-t-elle. “Jeune Promesse” au cinquième Concours international de flûte en Andalousie, Premier Prix à l’International Flute Dutch Competition en Hollande, ainsi qu’au premier Festival et Concours de flûte en Colombie, elle a aussi remporté cette année le troisième prix du Concours International de flûte de Tampere, en Finlande. Au cours de sa jeune carrière, elle est déjà passée par la Dresdner Philharmonie, l’Opéra de Francfort et le Gürzenich Orchester de Cologne – pour un Praktikum et des contrats temporaires – avant de réussir en juin le concours de piccolo solo de la Deutsche Oper de Berlin. Et d’en parler avec des mots enthousiastes : « J’aime cet instrument dont Dóra Varga-Andert (piccolo solo de la Sächsischen Staatskapelle Dresden) m’a transmis la passion à Dresde. Il est en quelque sorte la cerise sur le gâteau de l’orchestre, donnant une touche indispensable à l’ensemble !», résume cette amoureuse des opéras, de la salsa, du merengue et des musiques traditionnelles latino-américaines.


Hervé Lévy • publié le 4/10/2021