Méryll Ampe est l'artiste accueillie à la HEAR Mulhouse dans le cadre de la résidence Sonic 2017. Elle interviendra à l'école du 20 novembre au 20 décembre et proposera, dans la continuité de son travail à mi-chemin entre arts plastiques et sonores, un dispositif singulier.

Méryll Ampe réalise des performances dans divers lieux et festivals en Europe et au-delà (Instants Chavirés, Non Jazz, 104, Muslab (mex), Centre Pompidou…). Son projet de recherche durant cette résidence impliquera les étudiants dans la création d’un système d’écoute, à la fois installation sonore, sculpture(s) et espace de concert activé en solo ou collectivement.

Démarche

« J’interroge la matérialité des sons, dès leur naissance et dans leurs différents états. Ces axes de recherches montrent l’intérêt que je porte à «l’immatérialité sonore». Certaines actions et idées sont survenues de façon empirique, grâce au temps d’expérimentation. C’est à travers des procédés plastiques qu’ils sont retranscris sous divers médiums afin de les rendre visibles et tangibles. Dans mes réalisations, je dévoile des états sonores, j’emploie des éléments réels qui les génèrent et les évoquent. Avec du plâtre ou sur le papier, les empreintes des jeux rythmiques et des vibrations sonores s’incarnent dans la matière, figés, comme des arrêts sur images.

Dans mon travail sonore j’établis des liens entre ma pratique musicale et plastique. Mon approche au son puise dans des techniques directement liées à la sculpture : tailler dans la masse, modeler, sculpter. J’utilise des field recordings et matières acoustiques, bruts, captés dans mon quotidien. S’y ajoutent des outils de traitements électroniques, analogiques, micros, K7, batterie …. Dans mes compositions, performances sonores, installations sonores, des processus ou des protocoles sont des composants qui font partie intégrante à mes recherches. Je fais évoluer mes dispositifs permettant de générer résonances, tensions, ruptures, reliefs et ponctuations.

Je conçois le son comme une matière à sculpter en temps réel (notion de «plan-séquence»), révélatrice d’expérimentation qui me permet d’investir des lieux et de proposer des espaces sonores immersifs, une traversée physique et d’immédiateté. Je fais aussi évoluer mon travail sonore et d’espace dans le spectacle vivant et dans l’art visuel. »

Découvrez le travail de Méryll Ampe sur son site internet

L’artiste présentera son travail lors d’une conférence à Mulhouse le mardi 21 novembre à 18h 

Visuel 1 : Le Chant du Merle, 2010. Bec de merle, plâtre 12 ø
Visuel 2 : Rythme bleu carbone, Papier A3, bleu carbone