Pour cette 3e session de l’aide à projets diplômé·es, 20 projets issus des trois sites de l’école ont été déposés. A l’issue de sa séance du 20 mai, la commission a retenu 9 propositions, pour un montant total attribué de 12 000€. Bravo aux lauréat·es ! Le dispositif d’aide à projets diplômé·es est mis en œuvre grâce au soutien des entreprises mécènes de la HEAR.

  •  « Créations autour de la harpe et des musiques électroniques »

de Baptiste Baudimant (DNSPM 2021, Trombone)

Text

 

  •  « Rencontres Musicales des Pays du Ventoux »

de Emma Errera et Pierre Rouinvy (Master CIM 2021, Violon et Piano)

Les premières Rencontres Musicales des Pays du Ventoux et Comtat Venaissin se sont tenues du 3 au 12 août 2022. Réuni par Emma Errera et Pierre Rouinvy, un ensemble de musique de chambre à géométrie variable proposait pas moins de huit concerts à entrée libre dans des lieux emblématiques et parfois méconnus du patrimoine local, ainsi que des répétitions publiques et une intervention en maison de retraite. Au répertoire des différents concerts : des chefs d’œuvre du répertoire mis en regard avec des trésors cachés, une création, ainsi que plusieurs clins d’œil aux musiques du monde mais aussi au blues avec le quintette de la compositrice Florence Price.

Facebook
Instagram

  • « Élaboration d’un programme de concert pour guitare solo et électronique comprenant la commande et la création d’une pièce du compositeur Nicolas Medero Larrosa »

de Guilhem Maynier (DNSPM 2019, Guitare)

Text

 

  • « L’oubliette, projet de court-métrage, 2022-2024 »

De Louis Moreau-Avila (DNA 2019, Art – site d’arts plastiques de Mulhouse)

« Que nous cache le sol, que cache-t-on dans le sol ? Une recherche sur les mythes du monde souterrain en Occident m’amène à m’interroger sur les grands chantiers de gestion de déchets industriels. Parce qu’habiter, aménager, gérer les rebuts demande avant tout de raconter une certaine histoire, je pars à la rencontre de technicien·nes, d’habitant·es, de militant·es mais aussi d’artistes, de spécialistes des mythes du monde souterrain, pour comprendre notre rapport au sol. »

  • « Comme un courant d’air qui viendrait habiter l’espace »

De Kelly Weiss et Iwan Warnet (DNSEP 2020, Art et DNSEP 2019, Art – site d’arts plastiques de Strasbourg)

« Exposition en quatuor dans l’espace des Abords à Brest en janvier 2023, avec Maxence Chevreau, Margaux Janisset, Iwan Warnet, Kelly Weiss. Nous aimons amener le public à envisager avec nous l’art comme une pratique très ouverte qui peut se manifester aussi bien dans la plus classique des toiles ou des sculptures que sur un mur de ville, une trace de tag à demie effacée, la poussière du plâtre accumulée au bas d’une paroi, ou encore la rencontre éphémère d’un défaut de mur avec une trace de crayon et un reflet de lumière… Pour Les Abords nous envisageons une proposition qui ne soit pas une exposition collective de travaux de quatre singularités mises ensemble, mais un tout dans lequel s’effacent les signatures, se mêlent les manières, se chevauchent les travaux. Faire du lieu l’espace de notre dialogue et y proposer un état de notre réunion en collectif. Nous y proposerons autant des œuvres autonomes (peintures sur toile, sculptures) que de légères interventions dans la matière même du lieu. Ainsi, pour les spectateurs, la matière à voir ne se trouve plus uniquement là où on l’attend, mais dans un aller-retour permanent entre les œuvres et l’espace qui les abrite. »

  • « 150 dessins sur ticket de tombola »

De Quentin Richter (DNSEP 2018, Art – site d’arts plastiques de Strasbourg)

« « 129 dessins sur tickets de tombola » est un projet de livre d’artiste qui prolonge une résidence à Stuttgart réalisée en 2021. Les dessins sélectionnés, qu’ils soient d’après nature ou d’avant nature, sont autant d’apartés avec des fantômes, des oiseaux locaux, des tasses de café, des lieux d’ici et d’outre-Rhin. »

  • « Désincarnée »

De Nathania Périclès (DNSEP 2021, Scénographie)

« Ma mère nous coiffait tous les matins, mes sœurs et moi. On s’asseyait devant elle, l’une après l’autre comme un rituel.  Elle arrivait toujours malgré les contraintes du temps à bien nous coiffer. Un jour, c’était au tour de mon père de nous coiffer. En arrivant à l’école, la directrice a tout de suite su qu’on traversait un moment difficile. Effectivement, ma mère était à l’hôpital pour un accouchement, l’arrivée d’une petite sœur en 1995.  Au début mon père et elle disaient vouloir un deuxième garçon pour jouer avec leur fils ainé, et c’est en cherchant un deuxième garçon qu’elle a eu sept enfants dont cinq filles. Oui, sept comme les sept saut, fanm gen sept so poul pran ( créole Haitien ) comme le septième ciel, comme les sept merveilles du monde, comme dans les sept péchés capitaux, comme les sept couleurs de l’arc-en-ciel ; les sept nains. Oui, sept comme le chiffre sept. »

  • « Celle qui dit qu’elle a perdu son nom »

De Diane Marchal (DSNEP 2019, Scénographie)

« Celle qui dit qu’elle a perdu son nom est un destiné au jeune public de notre compagnie ChienMangeChien. Sa poétique s’exprime à travers des formes artistiques variées – Alternance de dessins, de collages, d’images filmées, de marionnettes, de matières et de jeux d’ombres réalisées par deux personnes au plateau. Derrière sa dimension onirique, ce spectacle raconte la quête identitaire d’un enfant pour devenir « lui-même ». Nous évoluons entre son intériorité et le monde qui s’en va, au dehors. Ainsi, l’histoire se déploie à vue d’œil, se fabrique sous le regard du spectateur, s’écoute, se distord, s’invente et se déforme, en direct. »

  • « Les cycles de l’attraction »

De Brice Ammard-Khodja (DNSEP 2017, Design graphique)

« Les Cycles d’Attraction est une recherche-création qui vise à sensibiliser et à donner corps à la pollution métallique urbaine en mobilisant les particules magnétiques présentes dans les sols du Champ des Possibles, ancienne gare de triage située dans le quartier du Mile-End à Montréal et laissée à l’état de friche depuis les années 80. De façon pratique, le projet consiste à mettre en œuvre une installation in situ qui matérialise de façon sensible la pollution souterraine du site. L’objectif est d’engager les communautés citoyennes à travers une nouvelle lecture de cet espace public par la mise en œuvre de la matière contaminée. À travers un dialogue art-science impliquant des laboratoires de recherche Franco-Canadiens, les communautés académiques locales, la municipalité ainsi que des citoyens, ce projet transdisciplinaire vise à ouvrir de nouvelles formes de sensibilité environnementale face à la pollution urbaine des sols. » Les Cycles de l’Attraction est un projet en partenariat avec l’association les Amis du Champ des Possibles. Cette recherche-création est co-soutenue par la Concordia University Research Chair in Critical Practices in Materials and Materiality (Canada), la Canada Excellence Research Chair in Smart, Sustainable and Resilient Communities and Cities, le Centre for Sensory Studies (Canada) et la Chaire Arts et Sciences, EnsAD-Polytechnique (France). Les Cycles de l’Attraction a reçu le soutien du Sustainability Research Award.

Site internet

La commission du 20 mai était composée de Denia Bahadir Ben El Habbes – directrice de l’Alliance Française de Strasbourg, Madeline Dupuis Belmedjahed – chargée de mission Illustration – Livre – Cultures régionales à l’Eurométropole de Strasbourg, Philippe Ferreira – administrateur général de la HEAR, Sylvia Mesa – coordinatrice du dispositif d’aide à projet, Nicolas Moutier – enseignant, Académie supérieure de musique, Frédéric Puyssegur – administrateur de l’ensemble de musique contemporaine Linéa et Clémence Van Lunen – enseignante responsable de l’atelier de céramique.

L’APD est accessible aux diplômé·es jusqu’à 5 ans après l’obtention du diplôme : parmi les 9 finalistes auditionné·es lors de cette commission du 20 mai, on retrouve des diplômé·es de 2017 à 2021. Réel accompagnement vers la professionnalisation, l’aide permet aux ancien·nes diplômé·es souhaitant développer un projet comportant une dimension publique (expositions, performances, concerts, éditions…) de bénéficier d’un soutien méthodologique et financier.