Le Groupe de Recherche Espaces Sonores a choisi l’artiste Fabrice Pichat pour sa résidence de deux mois sur les sites d’arts plastiques de Mulhouse et Strasbourg. L’artiste français installé en Belgique aura un accès au parc de matériel de l’école, un espace de travail ainsi que l’appui des équipes Sonic et Phonon de la HEAR.

« Prenant la forme de dispositifs intégrant l’environnement quotidien, ou d’installations réorientant la fonction de l’architecture existante, mes propositions constituent des médianes entre un observateur et un espace.
Je m’intéresse particulièrement aux interactions entre le visible et le sonore et à la dissociation des sens qu’Henri Lefebvre attribuait à la parcellisation de l’espace urbain (Le droit à la ville, 1968). En isolant des signaux, ou simplement en les indiquant, je cherche à faire émerger des formes saillantes d’un amas diffus de perceptions. J’utilise les capacités et les limites qu’ont les propriétés matérielles à contenir, propager, ou transporter un signal. Je travaille notamment à partir des effets physiques des vibrations, dont la richesse phénoménologique recouvre les domaines de l’optique et de l’acoustique. Mes installations récentes emploient des matériaux placés sous l’influence d’une force persistante, indiquant que l’œuvre est à la fois une épreuve de résistance et de perception.

En situant ma pratique dans la relation que les sens entretiennent entre eux, je propose une investigation sur nos capacités et nos limites à nous approprier un environnement où différents modes de perception se superposent.

Est-ce que le passage d’un champ perceptif à un autre indique la possibilité de percevoir autrement ? Quel repositionnement corporel et conceptuel ce glissement provoque-t-il? Est-ce que la dissociation entre le visible et le sonore, quand elle est opérée par une œuvre, permet une mise à distance critique des phénomènes d’ambiance ? »

(mis en ligne le 31. 10. 2018)


Découvrez le travail de Fabrice Pichat sur son site internet