À L’Aubette-1928 à Strasbourg, pour le finissage de l’exposition Der Grosse Spieler: ein Bild der Zeit de Michel Aubry, un ciné-concert de Rodtchenko à Paris a impliqué trois étudiant·es de la HEAR. Zoom sur une collaboration entre deux interprètes et un compositeur : Lisa Meignin –  flûte et performance, Gaspard Schlich – guitare et performance et Jad El Khechen – composition et performance. Un travail encadré par les enseignants Armand Angster et Tom Mays. Ce projet pédagogique a clos la féconde série de workshops orchestrés à l’occasion de la double exposition consacrée en 2021 à l’artiste par les Musées de Strasbourg et la HEAR.

Cadre idéal pour la projection de Rodtchenko à Paris de Michel Aubry, L’Aubette entre en résonance esthétique avec le Club ouvrier du pavillon de l’URSS à l’Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de Paris de 1925, véritable matrice du film. Si le plasticien avait imaginé une bande-son, elle était remplacée, samedi 4 décembre par une création nouvelle.

En charge de la classe de création et d’interprétation électroacoustique de la HEAR, Tom Mays narre sa genèse : « Un de mes étudiants a œuvré avec une flûtiste et un guitariste. Je crois beaucoup à l’implication des instrumentistes dans la création. Ce projet est un bel exemple de création commune, où les interprètes ne subissent la partition, mais participent à sa naissance », s’amuse-t-il.

Si ces croisements entre les départements sont le « quotidien de l’École », il n’en demeure pas moins que « ce projet détonne par son ampleur ». Le trio a commencé à travailler le 1er septembre pour créer la musique d’un film d’une heure vingt. Concrètement, le compositeur Jad El Khechen – également diplômé en guitare – est « arrivé avec une bande de base. Ensuite, nous avons travaillé ensemble. Chacun a apporté ses idées et nous avons créé à partir des images : à un moment du film, par exemple, de la réverb’ était nécessaire, puisqu’il se déroulait dans un espace de grande dimension : j’ai mis des basses et ils improvisaient dans les aigus ce qui créait un contraste permettant d’élargir l’espace sonore. Nous avons beaucoup essayé. Ajouté. Enlevé essayé, ajouté, enlevé. C’est un processus d’expérimentation permanent », résume-t-il.

Le résultat ? « Un immense patchwork », explique le guitariste Gaspard Schlich, où se croisent, modifiées en temps réels, improvisations et musiques de Tōru Toru Takemitsu, Alessandro Solbiati, Jean Françaix, mais aussi Vivaldi ou Ravel. Et de poursuivre : « Nous avons essayé à chaque fois d’installer des éléments sonores répondant à ce qui se passe à l’image, de capter l’ambiance. En tout cas, cela nous a beaucoup apporté, approfondissant notre réflexion sur nos instruments respectifs et nos pratiques de jeu grâce notamment à la transformation du son en direct par l’électronique. »

La flûtiste Lisa Meignin avec laquelle il forme le Duo Ziriab du nom d’un compositeur arabo-andalou du IXe siècle (qui est aussi « le titre d’une pièce de flamenco de Paco de Lucía, la première que nous ayons joué ensemble », précise-t-elle) rajoute : « Nous sommes partis sur l’improvisation, mais une improvisation très dirigée. Nous avons placé 50 marqueurs dans le film et à chaque fois l’impro’ se déploie. Dans d’autres parties, c’est l’électronique seule ou des fragments de notre répertoire qu’on peut entendre. » Pour elle, il était « essentiel de travailler à trois, de croiser nos pratiques. ». Dans la classe de musique de chambre, leur professeur Armand Angster complète : « C’est un travail très particulier pour eux deux. Cela leur a permis, à mon avis d’élargir leur champ d’action. Cet enrichissement mutuel devrait sous-tendre tous nos projets. »

Lire l'agenda de l'événement
Lire notre article sur les précédents workshops autour de la double exposition de Michel Aubry


Hervé Lévy  — Publié le 13 décembre 2021
Photographies : © Ethel Serer, étudiante Année 3 – Didactique visuelle (Répétitions, in projet sur les coulisses des concerts réalisé dans le cadre du cours de photographie d’Isabelle Le Minh) et © Michel Aubry – Ciné-concert du 4/12/2021.