L’option Design de la HEAR à Mulhouse a mené un projet sur la couleur bleue et la pratique de la céramique, de Betschdorf à Delft. Ce projet a été l’occasion pour la quinzaine d’étudiants de mener une réflexion autour de plusieurs enjeux : le rôle de la couleur dans l’objet, sa symbolique, son traitement à travers différents usages, sa mise en œuvre…

« Alors que le sujet, la forme, la ligne s’adressent d’abord à la pensée, la couleur n’a aucun sens pour l’intelligence, mais elle a tous les pouvoirs sur la sensibilité. » C’est avec cette citation du peintre Eugène Delacroix que Nathalia Moutinho, enseignante en Design à la HEAR, a amorcé le projet Voyage bleu, mené avec les étudiants de 3e année Design (promotion 2016–2017). « En design, la couleur est souvent prise en compte au dernier moment, alors qu’elle est essentielle. J’ai voulu faire comprendre aux étudiants que la couleur véhicule un message et une culture » explique la designer.

De l’Alsace au Pays-Bas

Ce voyage bleu a démarré à Betschdorf en Alsace par la visite d’un atelier de poterie de la famille Remy et du musée de poterie. « De par la situation géographique de l’école, il est important que les étudiants — qui ne sont pas forcément la région — prennent conscience de l’importance de cette poterie, de son histoire et de l’utilisation du bleu sur le grès en Alsace » poursuit Nathalia Moutinho. Le projet a continué aux Pays-Bas où les étudiants se sont confrontés au célèbre bleu de Delft, très réputé au 18e siècle.

Après ces voyages et plusieurs conférences durant l’année (sont intervenu.e.s Hortense de Corneillan, conservatrice-restauratrice pour le verre et les céramiques au Musée Ariana de Genève, Thomas Golsenne historien et théoricien de l’art à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Nice, spécialiste de l’ornement, Olivia Benveniste, artiste et Sonia Verguet, designer), les étudiants ont développé chacun un projet personnel sur le bleu. « Le rendu a été très varié : carrelage, assiette, shibori (ndlr: technique japonaise de teinture), reliure, emballage, etc.

Deux ans après la fin du voyage bleu, Nathalia Moutinho voit ce projet comme très pédagogique et utile pour les designers en devenir. « Pour avoir suivi quelques étudiants en 4e ou 5e année, j’ai remarqué qu’ils intégraient la couleur de manière plus sensible, plus réfléchie et avec moins d’appréhension », conclut la designer. Et si ce projet trouvait une nouvelle destination au Portugal avec les azulejos?